Rechercher
Rechercher

Liban

Zarif : La présence de navires étrangers constitue une menace pour le peuple libanais et la résistance

Zarif : La présence de navires étrangers constitue une menace pour le peuple libanais et la résistance

Le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif, lors d'une allocution au palais de Baabda, le 14 août 2020. Photo Dalati et Nohra

Le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, a estimé vendredi que la présence de navires étrangers au large des côtes libanaises et en Méditerranée orientale, constituait une "menace pour le peuple libanais et la résistance". "La présence de navires étrangers au large des côtes libanaises n'est pas quelque chose de normal. C'est une menace contre le peuple libanais et sa résistance", a déclaré M. Zarif lors d'un entretien à la chaîne al-Mayadeen, en réponse à une question sur les ingérences étrangères au Liban après l'explosion et le déploiement militaire en Méditerranée orientale.

Dans la journée, la ministre française des Armées, Florence Parly, qui se trouve au Liban pour une visite, a accueilli le porte-hélicoptères Le Tonnerre, qui transporte de l'aide humanitaire. Jeudi, Paris a annoncé le déploiement de deux avions Rafale et de deux navires de guerre en Méditerranée orientale en signe de soutien à la Grèce, qui accuse la Turquie de mener des recherches énergétiques illégales dans ses eaux.

"Si le peuple libanais permet à ceux qui ne veulent pas le bien de leur pays de les diviser, alors il y aura des craintes sur l'avenir du Liban", a-t-il ajouté, soulignant que "la communauté internationale doit reconnaître l'indépendance du Liban et éviter les ingérences dans les affaires du pays". Le ministre iranien des Affaires étrangères, qui effectue une visite à Beyrouth et dont le pays est le parrain du Hezbollah, a affirmé que l'aide au Liban "ne devrait pas être conditionnée à un changement politique", ajoutant que "c'est à l’État et au peuple du Liban de décider de l'avenir du Liban".

Le numéro trois de la diplomatie US, David Hale, et la ministre française des Armées, Florence Parly, se trouvent également au Liban. M. Hale a appelé à la formation d'un gouvernement "qui répond à la volonté de son peuple et s'engage véritablement pour la réforme", et Mme Parly a souligné la nécessité de constituer "le plus rapidement possible un cabinet de mission, en charge pour une durée limitée de mener des réformes profondes avec efficacité". "Nous soutenons ce que veut le peuple libanais. Nous n'avons jamais imposé quoi que ce soit à qui que ce soit au Liban. L'Iran n'a aucun candidat pour diriger le prochain gouvernement. Nous coopérerons avec toute personne sur laquelle les Libanais s'accordent", a de son côté indiqué sur ce plan M. Zarif.


Le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, a estimé vendredi que la présence de navires étrangers au large des côtes libanaises et en Méditerranée orientale, constituait une "menace pour le peuple libanais et la résistance". "La présence de navires étrangers au large des côtes libanaises n'est pas quelque chose de normal. C'est une menace contre le peuple libanais et...