Rechercher
Rechercher

Irak

Nouveaux raids turcs, trois combattants du PKK tués

Nouveaux raids turcs, trois combattants du PKK tués

Des militaires irakiens à la frontière avec la Turquie. Photo d'archives AFP

Un nouveau bombardement turc a tué jeudi soir trois combattants du Parti des travailleurs kurdes (PKK, opposition kurde en Turquie) dans le nord de l'Irak, selon un responsable local, alors que Bagdad tente de rassembler des soutiens contre la campagne turque sur son sol.

"Un bombardement turc a visé une voiture dans le village de Rachanki, dans la province de Dohouk, tuant trois combattants du PKK et en blessant un quatrième qui a pris la fuite", a déclaré vendredi à l'AFP Mouchir Bachir, maire de la localité. "Le 4X4 sans plaque d'immatriculation venait de Dohouk et s'était arrêté devant une épicerie", a-t-il précisé.

Depuis jeudi, l'Irak ne cesse de contacter ses voisins arabes pour tenter de former un front uni contre Ankara qui défend son droit à bombarder le PKK, accusant Bagdad et le Kurdistan irakien de ne pas lutter contre la présence du groupe qu'elle considère comme "terroriste".

En juin la Turquie a lancé l'opération "Griffes du Tigre" au Kurdistan irakien, et depuis, Bagdad et Ankara n'ont cessé de s'opposer --sur le plan diplomatique-- au sujet des frappes aériennes et de l'incursion terrestre de commandos turcs. Mardi, deux hauts gradés et un soldat irakiens ont été tués par un tir de drone turc, menaçant de provoquer une crise entre les deux pays.

Bagdad a convoqué mercredi pour la troisième fois en deux mois l'ambassadeur turc. Vendredi, le ministre irakien des Affaires étrangères Fouad Hussein a contacté ses homologues bahreïni et émirati, après s'être entretenu la veille avec ses homologues égyptien, jordanien, saoudien et koweïtien ainsi que le patron de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit. Il a plaidé pour "une position unie obligeant la Turquie à retirer ses forces infiltrées en territoire irakien".

Une tâche qui s'annonce difficile, affirment les experts, car la Turquie possède depuis 25 ans une dizaine de postes militaires au Kurdistan irakien. Autant de positions qu'elle n'entend pas perdre et auxquelles elle aurait même ajouté de nouvelles implantations, selon des sources kurdes. Depuis le début de l'opération "Griffes du tigre", au moins cinq civils ont été tués. Ankara a annoncé la mort d'au moins sept de ses hommes et le PKK et ses alliés de 14 combattants et partisans.


Un nouveau bombardement turc a tué jeudi soir trois combattants du Parti des travailleurs kurdes (PKK, opposition kurde en Turquie) dans le nord de l'Irak, selon un responsable local, alors que Bagdad tente de rassembler des soutiens contre la campagne turque sur son sol.

"Un bombardement turc a visé une voiture dans le village de Rachanki, dans la province de Dohouk, tuant...