Rechercher
Rechercher

Conflit

Deux morts dans des affrontements à la frontière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan

L'Azerbaïdjan et l'Arménie se sont mutuellement accusés dimanche d'avoir déclenché une attaque militaire à leur frontière, des affrontements qui ont fait selon Bakou deux morts et cinq blessés au sein des forces azerbaïdjanaises.

"Les forces armées arméniennes sont passées à l'offensive, soutenues par des tirs d'artillerie. Après une contre-attaque, elles se sont repliées en subissant des pertes. Deux militaires azerbaïdjanais ont été tués et cinq blessés", a affirmé dans un communiqué le ministère de la Défense de l'Azerbaïdjan. Le ministère a précisé que les combats avaient eu lieu à midi dans la région de Tavouch, dans le Nord-Est de l'Arménie.

De son côté, Erevan a accusé Bakou d'une "attaque à l'artillerie ayant visé à la capture de positions" arméniennes. Les militaires azerbaïdjanais "ont été repoussés en subissant des pertes humaines. Il n'y a pas eu de victimes parmi les forces arméniennes", a affirmé la porte-parole du ministère arménien de la Défense, Sushan Stepanian, dans un message sur Facebook.

L'Arménie et l'Azerbaïdjan sont en conflit depuis près de 30 ans pour le contrôle de la région séparatiste du Nagorny-Karabakh. Cependant, les affrontements de dimanche entre ces deux pays du Caucase ont eu lieu loin de cette région disputée. Ils sont survenus après des déclarations mardi du président azerbaïdjanais, Ilham Aliev, qui avait menacé de se retirer de négociations avec Erevan et de recourir aux armes.

Une guerre ouverte entre les deux pays pourrait gagner tout le Caucase et impliquer la Russie alliée militaire de l'Arménie et la Turquie soutien de Bakou, en compétition pour exercer leur influence géopolitique dans cette région stratégique.

"Aventure militaire"

"L'aventure militaire de l'Arménie vise à entraîner dans le conflit l'organisation politico-militaire dont elle est membre", a commenté M. Aliev après les affrontements de dimanche, dans un communiqué diffusé par son bureau. Il se référait à l'Organisation du Traité de sécurité collective (OTSC), alliance militaire dirigée par Msocou. M. Aliev a accusé Erevan de renforcer ses positions militaires à la frontière commune et de bombarder "régulièrement" des cibles civiles en Azerbaïdjan.

Enclave en majorité peuplée d'Arméniens rattachée en 1921 à l'Azerbaïdjan par les autorités soviétiques, le Nagorny-Karabakh a unilatéralement proclamé son indépendance en 1991, avec le soutien de l'Arménie. Une guerre a suivi entre les deux pays, faisant quelque 30.000 morts, puis un cessez-le-feu en 1994.

Depuis, des négociations en vue d'un traité de paix sont parrainées par le Groupe de Minsk, rassemblant des médiateurs internationaux et coprésidé par la Russie, la France et les Etats-Unis. "Nous essayons d'être constructifs et tolérants, mais aujourd'hui, les négociations sont pratiquement à l'arrêt", avait affirmé mardi le président azerbaïdjanais dans un entretien à plusieurs chaînes locales.

Evoquant le droit à l'autodéfense inscrit dans la Charte de l'Onu, il avait lancé: "la théorie principale du groupe de Minsk est de dire qu'il n'y a pas de solution militaire au conflit. Qui a dit ça? Pour qui se prennent-ils?". "Nous avons prouvé avoir raison sur la scène internationale et sur les champs de bataille", avait-il poursuivi, rappelant les "batailles d'avril" 2016, en référence à quelques jours de combats meurtriers sur la ligne de front de Nagorny-Karabakh qui ont laissé craindre un temps une guerre ouverte.

Riche en hydrocarbures, l'Azerbaïdjan, dont les dépenses militaires dépassent le budget annuel de l'Arménie, a menacé à plusieurs reprises de reprendre le contrôle du Nagorny-Karabakh par la force.


L'Azerbaïdjan et l'Arménie se sont mutuellement accusés dimanche d'avoir déclenché une attaque militaire à leur frontière, des affrontements qui ont fait selon Bakou deux morts et cinq blessés au sein des forces azerbaïdjanaises.

"Les forces armées arméniennes sont passées à l'offensive, soutenues par des tirs d'artillerie. Après une contre-attaque, elles se sont repliées...