Liban

Le CPL appelle la rue à "rester sous le seuil de la loi"

Le chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil. Photo d'archives REUTERS/Mohamed Azakir

Le Courant patriotique libre, dirigé par le député Gebran Bassil et fondé par le chef de l'Etat, le président Michel Aoun, a appelé la contestation populaire à "rester sous le seuil de la loi", alors qu'un grand rassemblement est prévu cet après-midi dans le centre-ville de Beyrouth, dans le cadre d'un regain de mobilisation de la révolte déclenchée le 17 octobre 2019 contre la classe politique et financière.

Le conseil politique du CPL, à l'issue d'une réunion par visioconférence présidée par Gebran Bassil, a ainsi affirmé que "le cri de la population est légitime, à la lumière de la dangereuse crise qui a appauvri la plupart des Libanais". Il a toutefois appelé à ce que "le mouvement de rue reste sous le seuil de la Constitution et des lois, de manière à préserver la paix civile". Le CPL a également dit "espérer que la pression de la rue puisse aboutir aux changements réclamés sur le plan des pratiques politiques et de la lutte contre la corruption sur les plans économiques, financiers et sociaux qui sévit depuis des décennies". La formation aouniste a également appelé les Libanais à "renforcer leur unité et à élaborer une position nationale pour faire face à la dangereuse crise interne sur les plans financier et économique (...)". Le CPL a toutefois estimé que "le succès du plan (de redressement économique) du gouvernement pave la voie à des solutions, et son échec mettra le pays dans une situation difficile". Il a mis en garde contre "tout saut dans l'inconnu sur le plan du gouvernement", appelant le cabinet à "hâter les nominations aux postes financiers". 

Un grand rassemblement est prévu cet après-midi dans le centre-ville de Beyrouth, à l'appel de plusieurs collectifs de contestataires ainsi que, de manière plus discrète, par des partis politiques se revendiquant de l'opposition au pouvoir. Le CPL est régulièrement critiqué par les manifestants qui l'accusent de corruption.



Le Courant patriotique libre, dirigé par le député Gebran Bassil et fondé par le chef de l'Etat, le président Michel Aoun, a appelé la contestation populaire à "rester sous le seuil de la loi", alors qu'un grand rassemblement est prévu cet après-midi dans le centre-ville de Beyrouth, dans le cadre d'un regain de mobilisation de la révolte déclenchée le 17 octobre 2019 contre la...