Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban

Le syndicat des boulangers critique les nouveaux prix du pain

Des pains libanais sur un tapis roulant dans une boulangerie de Beyrouth. Photo d'illustration Nabil Ismaïl

Le syndicat des boulangeries de Beyrouth et du Mont-Liban a critiqué mercredi les nouveaux tarifs imposés hier par le ministère de l'Economie pour la vente du pain libanais, appelant le gouvernement à soutenir la filière en subventionnant les ingrédients entrant dans la fabrication du pain. 

Dans son communiqué, le syndicat a principalement reproché au ministre de l'Economie, Raoul Nehmé, de ne pas avoir pris en compte ses propositions et revendications dans sa décision.

Mardi, M. Nehmé avait annoncé que le paquet ("rabta") de pain blanc libanais de 900 grammes devait être facturé 1 500 livres libanaises et le petit paquet de 400 grammes fixé à 1 000 livres. Le syndicat avait réclamé que le pain soit vendu en paquet de 800 grammes pour un prix de 1 500 livres libanaises, soit par paquet d'1 kg à 2 000 livres. 

Les boulangers estiment que la hausse de leurs coûts – provoquée notamment par dépréciation de la livre – rend nécessaire un ajustement du prix payé par le consommateur final et que le ministère est compétent pour fixer. Mais le ministre juge les marges de la filière assez importantes pour justifier son refus de céder à leur demande. Le président du syndicat des propriétaires des boulangeries industrielles, Antoine Seif, et celui des boulangeries, Ali Ibrahim, ont tous deux démissionné entre mars et avril. Le Liban traverse depuis plusieurs mois une crise économique, doublée d’une dépréciation de la livre.


Le syndicat des boulangeries de Beyrouth et du Mont-Liban a critiqué mercredi les nouveaux tarifs imposés hier par le ministère de l'Economie pour la vente du pain libanais, appelant le gouvernement à soutenir la filière en subventionnant les ingrédients entrant dans la fabrication du pain. Dans son communiqué, le syndicat a principalement reproché au ministre de l'Economie, Raoul...