Liban

Une proposition de loi pénalisant les agressions de médecins présentée au Parlement

Le Parlement libanais, à Beyrouth. Photo d’illustration Bigstock

L'Ordre des médecins du Liban a présenté au Parlement une proposition de loi qui permettrait de pénaliser toute personne qui s'attaque à un médecin dans l'exercice de ses fonctions, après plusieurs agressions contre des membres du corps médical. 

Selon le texte préparé par les juristes de l'Ordre, toute personne qui s'en prend à un médecin pourrait être condamnée à la prison, pour une peine d'un à trois ans. Ces peines pourront être renforcées si les violences sont commises par un groupe de plus de trois personnes. 

Cette proposition de loi a été envoyée par le président de l'Ordre, Charaf Abou Charaf, au président de la commission parlementaire de la Santé, Assem Araji. 

Le 20 mai, deux militaires avaient été mis aux arrêts après avoir frappé et bousculé un médecin en poste dans un hôpital de Tripoli. La même journée, plusieurs individus avaient attaqué le service des urgences de l'hôpital du Secours populaire de Nabatiyé, au Liban-Sud. Ils refusaient de se faire prendre la température avant d'entrer dans le service, en guise de prévention contre le coronavirus.


L'Ordre des médecins du Liban a présenté au Parlement une proposition de loi qui permettrait de pénaliser toute personne qui s'attaque à un médecin dans l'exercice de ses fonctions, après plusieurs agressions contre des membres du corps médical. 

Selon le texte préparé par les juristes de l'Ordre, toute personne qui s'en prend à un médecin pourrait être condamnée à...