Rechercher
Rechercher

Dernières Infos

Yémen: échange de 135 prisonniers



Photo prise à Taëz, au Yémen, le 18 décembre 2018. Photo d'illustration Reuters/Anees Mahyoub

Les forces progouvernementales yéménites et les rebelles houthis ont échangé jeudi 135 prisonniers dans la ville de Taëz, ont indiqué des sources militaires loyales au président Abd Rabbo Mansour Hadi.

Cet échange dans la ville du sud-ouest tenue par les forces pro-Hadi mais assiégée par les rebelles est le fruit d'une médiation tribale, a précisé à l'AFP l'une des sources militaires.

Elle a précisé que les rebelles avaient libéré 75 prisonniers tandis que les forces progouvernementales ont remis en liberté 60 rebelles.

Mardi, onze prisonniers (5 soldats et 6 rebelles) ont été échangés dans la province de Jawf (nord) à la suite d'une autre médiation tribales, selon l'une des sources militaires.

Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a rapatrié le 28 novembre à Sanaa 128 rebelles yéménites libérés par l'Arabie saoudite, qui conduit une coalition anti-rebelles au Yémen.

Le 30 septembre, les rebelles ont libéré 290 prisonniers, selon le Comité international de la Croix-Rouge(CICR), en vertu d'un accord négocié sous l'égide de l'ONU en décembre 2018 pour une désescalade au Yémen.

Les belligérants au Yémen avaient accepté d'échanger 15.000 prisonniers dans le cadre d'un accord signé en 2018 en Suède sous l'égide de l'ONU, dont toutes les clauses n'ont pas encore été appliquées.

La guerre au Yémen a tué, selon diverses organisations humanitaires, des dizaines de milliers de personnes, essentiellement des civils, depuis 2015.

Environ 3,3 millions de personnes sont toujours déplacées et 24,1 millions, soit plus des deux tiers de la population, ont besoin d'assistance, selon l'ONU qui évoque régulièrement la pire crise humanitaire au monde.


Les forces progouvernementales yéménites et les rebelles houthis ont échangé jeudi 135 prisonniers dans la ville de Taëz, ont indiqué des sources militaires loyales au président Abd Rabbo Mansour Hadi.Cet échange dans la ville du sud-ouest tenue par les forces pro-Hadi mais assiégée par les rebelles est le fruit d'une médiation tribale, a précisé à l'AFP l'une des sources...