Rechercher
Rechercher

Dernières Infos

Boris Johnson et sa promesse de Brexit triomphent aux législatives britanniques

Le Premier ministre britannique Boris Johnson, de dos, levant les bras, le 13 décembre 2019. REUTERS/Hannah McKay

Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 janvier: fort de son triomphe électoral, le Premier ministre conservateur Boris Johnson sort vendredi des législatives avec les mains libres de réaliser sa promesse de réaliser le Brexit.

Après plus de trois ans de déchirements et de paralysie sur le Brexit, voté par 52% des Britanniques lors du référendum de 2016, "je vais mettre fin à ces absurdités et nous allons le réaliser à temps d'ici au 31 janvier", a déclaré le dirigeant conservateur devant ses partisans.

Sa victoire écrasante aux législatives montre, selon lui, la "décision irréfutable, irrésistible et incontestable" des Britanniques de tourner définitivement le dos à l'UE après 47 ans d'un mariage houleux.

Les résultats publiés jusqu'à vendredi matin ont confirmé la tendance donnée par les premières estimations: une majorité incontestable pour les tories. Ces derniers n'avaient plus exercé un tel contrôle sur le Parlement depuis Margaret Thatcher en 1987, grâce à la prise de circonscriptions ouvrières détenues depuis des décennies par les travaillistes.


"Tremblement de terre"
Après dépouillement dans 649 circonscriptions sur 650, le parti de Boris Johnson avait raflé 364 sièges à la Chambre des communes, contre 317 remportés en 2017. Principale formation d'opposition, les travaillistes s'effondrent à 203 sièges (contre 262), plaçant leur très à gauche chef de file Jeremy Corbyn sur un siège éjectable. 

M. Johnson a évoqué un "tremblement de terre" qui redessine le paysage politique britannique. Il se rendra à Buckingham Palace vendredi pour être renommé Premier ministre par la reine Elizabeth II.

Le slogan "Réalisons le Brexit!", que le bouillonnant dirigeant à la tignasse blonde a répété à l'envi durant sa campagne, a fait mouche auprès des électeurs lassés de plusieurs années de psychodrame.

Se voulant rassembleur, Boris Johnson s'est dit "touché" de la "confiance" accordée par les électeurs: "Votre main a peut-être tremblé avant de mettre une croix à côté des conservateurs sur le bulletin de vote et vous avez peut-être l'intention de revenir au Labour la prochaine fois".

Le dirigeant a été félicité par son fidèle soutien, le président américain Donald Trump, qui lui a promis sur Twitter "un énorme nouvel accord commercial après le BREXIT", "potentiellement beaucoup plus gros et plus lucratif que n'importe quel accord qui pourrait être conclu avec l'Union européenne".

A Bruxelles, où les dirigeants européens sont réunis en sommet, la France a salué une "clarification". Et l'UE est "prête" à passer à la phase suivante, selon le nouveau président du Conseil européen Charles Michel, celle des difficiles négociations sur la relation commerciale.

Boris Johnson veut les conclure avant la fin 2020: mission impossible vu la complexité du sujet, estiment bien des analystes.

Les investisseurs ont néanmoins choisi de se réjouir de la levée de l'incertitude pesant sur l'économie britannique. Face à l'euro, la livre a atteint un sommet depuis juillet 2016.


Tourner la page
Pour le travailliste Jeremy Corbyn, 70 ans, c'est l'humiliation. "Très déçu", ce dernier a annoncé qu'il ne conduirait pas le parti aux prochaines élections, tout en souhaitant voir son parti entamer une "réflexion".

Jeremy Corbyn a payé sa position ambiguë sur la sortie de l'UE. Il voulait renégocier un nouvel accord de divorce, plus social, puis le soumettre aux Britanniques avec comme alternative le maintien dans l'UE, sans lui-même prendre position.

"Les conservateurs représentent désormais de nombreux ménages à faible revenu, des personnes qui travaillent dans les industries manufacturières et traditionnelles du centre et du nord de l'Angleterre", a dit à l'AFP le professeur Tony Travers, de la London School of Economics (LSE).

Jusqu'à présent, faute de majorité, Boris Johnson n'avait pas réussi à faire adopter par le Parlement l'accord de divorce qu'il avait négocié avec Bruxelles. Il a promis de soumettre le texte aux députés avant Noël.

Réaliser le Brexit doit permettre de tourner la page et de s'atteler aux "priorités" des Britanniques, comme la santé, la sécurité et les infrastructures, selon lui.

Les nouveaux députés siégeront dès mardi et Boris Johnson leur déclinera son programme législatif par le biais du traditionnel discours de la reine jeudi.

Le Brexit ne changera rien dans l'immédiat en raison de la période de transition, pendant laquelle les Britanniques continueront d'appliquer les règles européennes, afin d'éviter une rupture brutale aux conséquences économiques désastreuses.

Pour les pro-UE, c'est la douche froide. Les libéraux-démocrates, opposés au Brexit, perdent un siège, à 11, et leur cheffe Jo Swinson n'a pas été réélue. Seuls les nationalistes écossais du SNP tirent leur épingle du jeu, progressant nettement à 48 sièges, selon les résultats partiels.

A l'opposé, le Parti du Brexit, emmené par l'europhobe Nigel Farage, devrait faire chou blanc après s'être retiré de nombreuses circonscriptions pour ne pas diviser le vote pro-Brexit.


Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 janvier: fort de son triomphe électoral, le Premier ministre conservateur Boris Johnson sort vendredi des législatives avec les mains libres de réaliser sa promesse de réaliser le Brexit.

Après plus de trois ans de déchirements et de paralysie sur le Brexit, voté par 52% des Britanniques lors du référendum de 2016, "je vais...