X

Culture

Pari gagné pour les « Musicales du Liban »

Concerts

C’est en la cathédrale Notre-Dame du Liban à Paris que s’est tenu le premier festival offrant, en France, un programme consacré à la musique savante libanaise.

Z.S. | OLJ
04/12/2019

Avec trois concerts répartis sur les trois derniers week-ends, les Musicales du Liban se sont ouvertes par un récital tout à fait original à deux pianos par Betty Salkhanian Kourtian et Georges Daccache. En la cathédrale Notre-Dame du Liban, devant un public composé de mélomanes et de curieux français et libanais, leur élégante complicité musicale a donné une dimension supplémentaire à une interprétation déjà captivante. Le programme intitulé « D’Erevan à Beyrouth » mêlait subtilement compositeurs arméniens et libanais : œuvres de Khatchaturian, Babajanian, créations parisiennes du Requiem de Sevag der Ghougassian (venu spécialement de Beyrouth pour l’occasion), du Trait d’union de Charbel Rouhana et création mondiale du Concertino pour deux pianos de Rita Ghosn, en présence de la compositrice.

Le deuxième concert était consacré à la musique de chambre libanaise. Christine Marchais au piano, Marc Sieffert au saxophone et Juliette Sieffert au violoncelle ont visité, ensemble ou séparément, des œuvres extrêmement originales. D’une écoute un peu ardue pour certaines, plus accessible pour d’autres, mais toujours interprétées avec virtuosité et homogénéité. Six compositeurs (Naji Hakim, Karim Haddad, Zad Moultaka, Toufic Succar, Élia Koussa et Georges Baz) et quatre compositrices (Violaine Prince, Bushra el-Turk, Katia Makdissi-Warren et Roula Baaklini) se sont partagé l’affiche, chacun avec son langage musical, qu’il soit expérimental, classique, oriental ou romantique, démontrant la diversité et la multiplicité des musiques libanaises.

Le troisième concert se présentait en forme de dialogue entre la poésie et la musique – qui sont cousines germaines, comme chacun sait ! Les textes puissants et profonds de Nayla Chidiac, admirablement restitués par la comédienne Élisabeth Drulhe, ont alterné avec des œuvres de Wadia Sabra, Iyad Kanaan, Boghos Gelalian, Stéphane Emiyan, Georges Daccache, Béchara el-Khoury, Georges Baz et Toufic Succar. Au piano, Georges Daccache (cofondateur du festival avec Zeina Kayali), dont le toucher de velours est depuis près de dix ans au service du patrimoine musical libanais. La soprano Marie-José Matar a prêté sa voix de cristal, qui navigue si bien entre technique occidentale et tendresse orientale, à des œuvres dont certaines ont été exécutées en public pour la toute première fois.


Pour mémoire

Les Musicales du Liban à Paris

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Algérie, Irak, Liban : la question du compromis

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants