X

Dernières Infos

Réformes : le CPL continue d'agir "comme si les manifestations n'avaient pas lieu", accuse Bou Faour

Liban
OLJ
21/10/2019

Le ministre libanais de l'Industrie, Waël Bou Faour, affilié à la formation du leader druze Walid Joumblatt a dénoncé lundi le comportement du Courant patriotique libre de Gebran Bassil "qui agit comme si les manifestations n'avaient pas lieu". Depuis jeudi, des dizaines de milliers de Libanais manifestent dans les rues leur ras-le-bol et leur colère contre la classe politique. M. Bou Faour a en outre déclaré que sa formation est insatisfaite des réformes et des mesures approuvées en Conseil des ministres.

"Ce qui s'est passé aujourd'hui en Conseil des ministres, c'est la confrontation entre deux logiques de réformes", a déclaré M. Bou Faour dans une conférence de presse au cours de laquelle il a exposé ses griefs contre le "parti fort du mandat fort". "Certains agissent comme si les manifestations n'avaient pas lieu", a-t-il ajouté, soulignant que les ministres du PSP "mènent de l'intérieur la bataille des réformes". Le CPL "se comporte comme un dictateur au sein du gouvernement", a affirmé le ministre, estimant que certains ministères, comme celui des Affaires étrangères, dirigée par M. Bassil, "sont au-dessus des lois".

Concernant le dossier de l'électricité, M. Bou Faour a indiqué que les ministres PSP ont "réclamé au début de la séance que l'avis de la Direction des adjudications soit pris en compte dans les appels d'offre concernant les centrales électriques, ainsi que la nomination des membres du conseil d'administration d'Electricité du Liban et de l'autorité de régulation du secteur de l'électricité, loin de la logique des quotas et de la soumission politique". "Mais le CPL "a mis un veto sur certains noms proposés pour le conseil d'administration d'Electricité du Liban, et ce même parti, qui a refusé la nomination d'une autorité de régulation du secteur de l'électricité, s'oppose aujourd'hui au fait qu'elle n'ait pas été nommé aujourd'hui", a-t-il ajouté, pointant un changement dans la position du CPL sur ce sujet.

M. Bou Faour a précisé que les ministres affiliés au PSP "ont quitté la séance du Conseil des ministres, mais pas le gouvernement". "Nous somme sortis car certaines de nos remarques n'ont pas été prises en considération", a souligné le ministre de l'industrie.

Dimanche, le PSP avait soumis sa propre feuille de route économique. "Certains de nos points, comme l'impôt sur les bénéfices des banques ou le soutien aux crédits-logement ont été pris en considération. D'autres non", comme la loi concernant les infractions sur les bien-fonds maritimes et fluviaux, a déclaré M. Bou Faour lors d'une conférence de presse. "Nous avions demandé la suppression des caisses comme celles des Déplacés, du Conseil du Liban-Sud, du Conseil pour la reconstruction et le développement (CDR) ou du Haut-Comité de secours. Le gouvernement a décidé de réduire leur budget, mais cela ne nous satisfait pas", a notamment détaillé le ministre.


À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Après un progrès lundi, les tractations politiques désormais suspendues

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants