Liban

Incendies : Hamadé demande la création d'une commission d'enquête parlementaire


Le député Marwan Hamadé, président de la commission parlementaire de l'Environnement. Photo d'archives Ani

Le député Marwan Hamadé, président de la commission parlementaire de l'Environnement, réunie en urgence mercredi matin afin de discuter des incendies qui ravagent depuis lundi plusieurs régions du territoire libanais, a appelé à mettre sur pied une commission conjointe afin d'identifier les défaillances de l'Exécutif en matière de prévention des catastrophes. 

A l'issue de la réunion au Parlement, M. Hamadé a appelé à "la création d'un comité de suivi d'urgence au sein de la commission de l'Environnement, qui travaillerait de préférence de manière conjointe avec les ministères des Travaux publics et de l'Intérieur". Ce comité devrait œuvrer à "effectuer un suivi législatif des déficiences du pouvoir Exécutif" face aux catastrophes naturelles, selon l'ancien ministre. Il a par ailleurs appelé à ce que la loi prévoyant la nomination officielle et la régulation du statut des membres de la Défense civile, soit appliquée. 

"Nous refusons les thèses complotistes et demandons une enquête officielle" sur les causes des incendies, a encore affirmé Marwan Hamadé, qui a refusé "toute utilisation de cette affaire à des fins racistes". "Remettons-nous en question nous-mêmes avant d'accuser les autres", a-t-il déclaré. 

Mardi, des responsables politiques avaient estimé que les incendies étaient d'origine criminelle et lancé des théories comme quoi le feu n'avait atteint que des régions chrétiennes.

De son côté, le député Simon Abiramia (Courant patriotique libre) a qualifié de "honteuse" la mauvaise gestion des catastrophes naturelles, alors que "chaque année, la question d'un plan permettant de faire face à ces catastrophes est évoquée". Il a dans ce contexte appelé à "moderniser et développer" la loi existant à ce sujet. 

Pour sa part, le député Michel Moawad a remercié la Défense civile, l'armée libanaise, les forces de l'ordre, tous les pays qui ont répondu à l'appel et les citoyens qui ont aidé à lutter contre les flammes. M. Moawad a encore appelé à "une enquête sérieuse et transparente". "Il n'y a pas de défaillance sans personne défaillante, il n'y a pas de crime sans criminel et il est temps de reconnaître que l'administration de l'Etat depuis Taëf doit changer", a-t-il lancé. "Devant l'énormité des défaillances constatées hier, nous n'accepterons pas que les responsables échappent à leurs responsabilités", a-t-il ajouté.

A l'issue de la commission parlementaire des Travaux publics, le député Nazih Najem a, lui, annoncé avoir réclamé "une enquête transparente sur le dossier des avions Sikorsky", qui sont cloués au sol depuis des années parce qu'ils ne sont pas entretenus, de même que la redynamisation des "chambres d'opérations relatives aux commissions en charge du suivi des crises et des catastrophes". "Nous demandons au gouvernement de nommer des personnes adéquates pour établir un plan améliorant les infrastructures", a-t-il souligné.


Le député Marwan Hamadé, président de la commission parlementaire de l'Environnement, réunie en urgence mercredi matin afin de discuter des incendies qui ravagent depuis lundi plusieurs régions du territoire libanais, a appelé à mettre sur pied une commission conjointe afin d'identifier les défaillances de l'Exécutif en matière de prévention des catastrophes. 

A l'issue...