X

Dernières Infos

La Russie va oeuvrer avec Riyad contre toute déstabilisation du marché pétrolier, affirme Poutine



AFP
13/10/2019

La Russie va œuvrer avec l'Arabie saoudite contre toute "tentative de déstabiliser" le marché pétrolier, a assuré le président russe Vladimir Poutine, dans une interview à des chaînes de télévision arabophones, diffusée dimanche à la veille de sa visite dans le royaume. Cette déclaration intervient alors que la tension est au plus haut dans la région, après notamment des attaques contre des installations pétrolières en Arabie saoudite en septembre et des saisies de pétroliers dans le Golfe.

"Si quelqu'un croit que les actes comme la saisie de pétroliers ou des frappes contre des infrastructures pétrolières pourraient affecter de manière quelconque la coopération entre la Russie et nos amis arabes (...), ils se trompent tous profondément", a déclaré M. Poutine. "Nous allons absolument travailler avec l'Arabie saoudite et avec nos autres partenaires et amis dans le monde arabe (...) pour réduire à zéro toute tentative de déstabiliser le marché" pétrolier, a-t-il affirmé.

Ces dernières années, la Russie a coopéré étroitement avec l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), dont elle n'est pas membre et dont l'Arabie saoudite est le chef de file, pour limiter l'offre, ce qui a permis un rebond des prix après l'effondrement de 2014-2015.

"Notre objectif est de stabiliser la situation sur le marché mondial des hydrocarbures", a réitéré le président russe. "Pas mal de choses positives" ont été faites jusqu'ici sur ce chemin, selon M. Poutine qui a loué notamment le rôle du prince héritier saoudien Mohammad ben Salmane. "C'étaient essentiellement ses initiatives, nous les avons soutenues et nous voyons que nous avons bien fait", a avoué Vladimir Poutine, en faisant l'éloge de ses "très bonnes relations personnelles" avec le prince.

A la mi-septembre, les cours avaient brièvement flambé après des attaques de drones contre des infrastructures pétrolières saoudiennes, qui avaient forcé Riyad à réduire fortement sa production, mais ont depuis reflué. L'Arabie saoudite et les Etats-Unis, puis l'Allemagne, la Grande-Bretagne et la France, ont accusé l'Iran d'en être responsable. Pour sa part, Téhéran a nié toute implication dans ces attaques revendiquées par les rebelles houthis du Yémen.

"J'ai parlé de cet incident avec le prince héritier et lui ai dit que c'était nécessaire d'obtenir des preuves que telle ou telle personne était derrière ces actes", a déclaré M. Poutine, en ajoutant que la Russie était "prête" à participer à l'enquête.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

Éditorial

Pour une révolution économique

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants