X

Dernières Infos

Syrie: le régime reprend deux localités dans le Nord-Ouest

AFP
07/08/2019
Les forces loyales au régime syrien ont repris mercredi deux localités aux jihadistes et groupes rebelles dans le nord-ouest du pays, à l'issue de violents affrontements nocturnes qui ont fait plus de de 50 morts, selon une ONG.

La ville d'al-Zakat et le village d'al-Arbaïne dans le nord de la province de Hama sont passées sous le contrôle du régime mercredi matin, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Des combats dans la nuit de mardi à mercredi ont fait 17 morts parmi les forces loyales au régime et 23 parmi celles de leurs adversaires, dont 16 jihadistes, selon un nouveau bilan de cette ONG.  Et mercredi, l'armée de l'air du régime et de son allié russe ont bombardé le nord de la province de Hama et le sud de celle voisine d'Idleb, selon la même source.

Après plus de trois mois de bombardements incessants sur des zones du Nord-Ouest contrôlées par des jihadistes, le régime a décrété une trêve la semaine dernière mais a repris ses raids lundi.
"Le régime a profité de la trêve pour envoyer des renforts dans le nord de Hama", a indiqué Rami Abdel Rahmane, le directeur de l'OSDH.

Les deux localités prises mercredi sont situées à proximité de celles de Kafarzita et de Latamné, "les dernières enclaves de l'opposition que le régime pourrait reprendre" dans le nord de la province de Hama, selon M. Abdel Rahmane. L'agence officielle Sana a fait état en outre de six civils blessés, dont cinq enfants, dans des tirs de roquettes visant un village voisin tenu par le régime.

Le groupe jihadiste Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche syrienne d'el-Qaëda) contrôle des territoires du nord de Hama, des provinces d'Alep et de Lattaquié ainsi que la province d'Idleb, bombardées quasi quotidiennement depuis fin avril par le régime. Plus de 800 civils sont morts depuis, selon l'OSDH, tandis que 400.000 personnes ont été déplacées, selon l'ONU.

Jeudi, Damas avait annoncé une trêve dans la région d'Idleb, où vivent trois millions de personnes.
HTS a refusé de satisfaire la condition apposée à la trêve: le respect d'un accord conclu en septembre 2018 entre la Russie et la Turquie, soutien de groupes rebelles, pour instaurer une zone "démilitarisée" censée séparer les territoires tenus par les jihadistes et les insurgés des zones attenantes contrôlées par le régime.

L'accord avait permis d'éviter une offensive d'envergure du régime dans la région jusqu'en avril mais n'a jamais été totalement appliqué, les jihadistes refusant de se retirer de la zone tampon prévue. Samedi, HTS a de nouveau exclu tout retrait de la zone et lundi, Damas a mis fin à la trêve, accusant ses adversaires d'attaquer des zones civiles et d'avoir tiré des obus près d'une base aérienne russe dans la province de Lattaquié.

Aidé de la Russie, le régime a repris le contrôle sur près des deux tiers du territoire syrien.
Déclenchée en 2011 par la répression de manifestations prodémocratie, la guerre en Syrie a fait plus de 370.000 morts et déplacé plusieurs millions de personnes.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Collabos ou résistants ?

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

In English

Resolving Lebanon’s financial crisis

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants