Dernières Infos

Syrie : un train transportant du phosphate cible d'une attaque "terroriste"

AFP
21/07/2019

Un train transportant du phosphate a été la cible dimanche dans le centre de la Syrie d'une attaque "terroriste" l'ayant mis hors service, a indiqué le ministère des Transports à Damas.

Sur sa page Facebook, le ministère a indiqué que l'attaque avait provoqué le "déraillement du train (...) et de deux réservoirs de phosphate" et avait causé un incendie. Il a fait état de blessés parmi les membres de l'équipage.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a confirmé l'attaque, indiquant qu'un "engin explosif" placé par des "inconnus" sur un tronçon de la voie ferroviaire à l'est de Palmyre, a explosé au passage du train. Celui-ci est désormais "totalement hors service", selon l'OSDH.

En mars 2018, la Syrie a octroyé à la société russe Stroytransgaz une concession de 50 ans pour investir et extraire le phosphate dans la région de Palmyre.

Vaincu en mars dernier dans son dernier carré en Syrie, le groupe jihadiste Etat islamique (EI) conserve des cellules dormantes dans plusieurs régions du pays, tandis que ses combattants jouissent encore d'une présence éparse dans le vaste désert syrien. Cette explosion intervient une semaine après le sabotage dimanche dernier d'un gazoduc traversant le désert syrien. Ce pipeline stratégique achemine le gaz du champ de Chaer, le plus grand du pays, situé également dans la vaste province de Homs et contrôlé par le régime, vers l'usine d'Ebla, plus à l'ouest. L'attaque, qualifiée de "terroriste" par Damas, avait provoqué sa mise hors service avant que les autorités n'annoncent le lendemain la réparation du gazoduc.

Fin juin, des oléoducs sous-marins reliés à une raffinerie dans la ville de Banyas (ouest) avaient également subi des actes de sabotage commis, selon un haut responsable syrien, avec l'aide de "pays étrangers".

Le régime de Bachar el-Assad accuse depuis plusieurs mois l'Occident de livrer une "guerre économique" à la Syrie. Les puissances occidentales ont imposé depuis le début de la guerre en 2011 des sanctions économiques à Damas, dont un embargo sur l'acheminement de pétrole vers la Syrie.

Le conflit syrien s'est complexifié au fil des ans, impliquant plusieurs puissances étrangères, dont la Russie, intervenue militairement à partir de septembre 2015. La guerre a déjà tué plus de 370.000 personnes et déplacé plusieurs millions.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants