X

Dernières Infos

Pyongyang accuse Séoul de "s'immiscer" dans les négociations avec Washington



AFP
27/06/2019

Pyongyang a sommé jeudi Séoul de cesser de "s'immiscer" dans ses négociations sur le nucléaire avec Washington et démenti l'existence d'un dialogue intercoréen annoncée la veille par le président sud-coréen Moon Jae-in.

"C'est le contraire, en réalité", a déclaré le haut responsable du ministère nord-coréen des Affaires étrangères Kwon Jong Gun dans un communiqué diffusé par l'agence officielle KCNA. "Les autorités sud-coréennes feraient mieux de s'occuper de leurs affaires", a-t-il ajouté, dans une gifle à son voisin du Sud qui s'apprête à accueillir le président américain Donald Trump.

Les discussions sur le nucléaire entre les Etats-Unis et la Corée du Nord sont au point mort depuis l'échec, en février à Hanoï, du second sommet entre ce dernier et le leader nord-coréen Kim Jong Un. Les deux camps n'étaient pas parvenus à un accord sur l'allègement des sanctions internationales pesant sur la Corée du Nord, et sur les mesures que Pyongyang devrait prendre en échange. Depuis, les contacts entre les deux parties ont été extrêmement limités.

Pour autant, le président sud-coréen Moon Jae-in, qui avait joué un rôle crucial l'an dernier dans la détente apparue sur la péninsule, a assuré mercredi que l'éventuelle tenue d'un troisième sommet entre MM. Trump et Kim faisait l'objet de "discussions en coulisses" entre Washington et Pyongyang.



"Comme un perroquet" 
"Il existe également un dialogue entre le Sud et le Nord au travers de différents canaux", a-t-il dit dans des réponses écrites aux questions de plusieurs médias.

Mais M. Kwon, qui est directeur général du département des Affaires américaines au sein du ministère nord-coréen, a démenti l'existence de "diverses formes d'échanges et de réunions à huis clos" entre le Nord et le Sud. Les autorités sud-coréennes essaient de se donner de l'importance en faisant croire qu'ils jouent un rôle de "médiateur", a-t-il dénoncé.

Le dialogue entre Pyongyang et Washington "ne reprendra pas tout seul", a-t-il poursuivi, en précisant que si Pyongyang souhaite contacter Washington, il le fera au travers du "canal de liaison déjà opérationnel".

"Les autorités sud-coréennes n'ont aucune raison de s'immiscer", a-t-il averti.

M. Moon a rencontré trois fois M. Kim l'an passé. Il fut même un temps question à l'automne que ce dernier se rende à Séoul.

Mais Pyongyang n'a cessé de critiquer le Sud depuis l'échec d'Hanoï, ce qu n'a pas empêché Séoul de décider d'une enveloppe de huit millions de dollars d'aide alimentaire pour le Nord.

Washington et Pyongyang se sont imputé mutuellement la responsabilité de l'échec du sommet de Hanoï. Depuis lors, le Nord a accusé les Etats-Unis de "mauvaise foi" et leur a donné jusqu'à la fin de l'année pour changer de stratégie. Dans le communiqué, le responsable nord-coréen rappelle à Washington qu'il n'y a "plus beaucoup de temps" avant cette date butoir. "Les Etats-Unis parlent sans cesse d'une reprise du dialogue, comme un perroquet, sans avancer de proposition réaliste qui permettrait de se conformer totalement aux intérêts des deux parties", a déploré M. Kwon.

Si le Nord n'a pas répondu aux propositions américaines de reprendre les discussions de travail, MM. Kim et Trump ont entretenu une correspondance écrite.

Dimanche, KCNA a affirmé que M. Kim avait reçu de M. Trump une missive au contenu "excellent". Quelques jours plus tôt, ce dernier avait indiqué avoir reçu une lettre "magnifique" et "très chaleureuse" de Kim Jong Un. La lettre du président américain était la 12e échangée entre les deux hommes depuis le début 2018, selon le ministre sud-coréen de l'Unification Kim Yeon-chul. Kim Jong Un en a écrit huit et Donald Trump quatre.

"J'imagine que ces dirigeants reconnaissent l'importance de la reprise du dialogue car ils échangent constamment des lettres", a ajouté le ministre.

La visite à Séoul de M. Trump après le G20 d'Osaka a fait penser à certains qu'un sommet trilatéral pourrait avoir lieu à cette occasion avec MM. Kim et Moon. Mais le président américain a indiqué lui-même qu'il ne rencontrerait pas Kim Jong Un.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La déception de Berry et le retour du clivage entre 14 et 8 Mars

Billet de Anthony SAMRANI

Silence, on tue !

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants