Rechercher
Rechercher

Dernières Infos

Netanyahu attendu à Washington à deux semaines des élections israéliennes

Photo d'archives REUTERS/Ronen Zvulun

A deux semaines des élections israéliennes, Benjamin Netanyahu se rend dimanche à Washington pour afficher sa bonne entente avec Donald Trump, qui vient de se prononcer pour la reconnaissance de la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan syrien.

Leur entrevue prévue lundi pourrait toutefois être éclipsée, au moins au yeux des Américains, par la publication d'une synthèse du rapport du procureur spécial Robert Mueller sur les soupçons de collusion entre l'équipe de campagne du président et Moscou avant l'élection de 2016.

Pour le Premier ministre israélien, qui est lui-même sous la menace d'une inculpation dans trois affaires de corruption, l'enjeu de cette rencontre est d'abord intérieur et il aura à coeur d'afficher aux yeux des Israéliens ce qu'il considère comme les liens le plus solides jamais noués avec un président américain.

Donald Trump, qui le recevra mardi à dîner avec son épouse Sara, a d'ores et déjà donné le ton de leur rencontre en annonçant jeudi son intention de reconnaître la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan, territoire stratégique dont Israël s'est emparé en 1967, lors de la guerre des Six Jours, et qu'il a annexé unilatéralement en 1981.

Le geste du président a été largement perçu en Israël comme un coup de pouce électoral au chef du gouvernement. Il lui avait déjà offert deux grandes victoires diplomatiques avec la reconnaissance de Jérusalem en tant que capitale de l'Etat hébreu en 2017 et le transfert de l'ambassade américaine dans la Ville Sainte, en mai dernier.

"Il n'y a jamais eu de tels liens entre le Premier ministre israélien et un président américain", s'est félicité Benjamin Netanyahu avant de quitter Tel Aviv pour Washington.

Pour Trump, les bonnes relations avec le Premier ministre sont un atout auprès des évangélistes américains, dont les suffrages seront précieux en 2020.

Leurs discussions, a annoncé le second, porteront notamment sur "la déclaration historique" du président américain au sujet du Golan et "la pression continue" à exercer selon lui sur l'Iran.

Benjamin Netanyahu prendra par ailleurs la parole lors du congrès annuel du groupe de pression pro-israélien AIPAC, à Washington, tout comme Benny Gantz, son plus proche adversaire électoral, qui dirige le parti centriste Résilience pour Israël.

Les législatives israéliennes auront lieu le 9 avril.


A deux semaines des élections israéliennes, Benjamin Netanyahu se rend dimanche à Washington pour afficher sa bonne entente avec Donald Trump, qui vient de se prononcer pour la reconnaissance de la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan syrien. Leur entrevue prévue lundi pourrait toutefois être éclipsée, au moins au yeux des Américains, par la publication d'une...