Dernières Infos

Mali: trois Casques bleus tués par des bandits présumés

AFP
23/02/2019

Trois Casques bleus de l'ONU au Mali en permission ont été tués vendredi soir par des bandits présumés sur une route menant de la capitale Bamako en Guinée voisine, a-t-on appris samedi de sources concordantes. Il s'agit d'un "braquage", a indiqué à l'AFP une source de sécurité malienne, précisant que les victimes appartenaient toutes au contingent guinéen, qui compte quelque 900 militaires, sur plus de 15.000 personnels en uniforme de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma).
"Hier soir vers 22H00, des Casques Bleus de la Minusma qui partaient en permission à bord d'un véhicule de location ont été attaqués par des hommes armés non identifiés sur la route de Siby à 44 km au sud-ouest de Bamako", a annoncé samedi la Minusma dans un communiqué. "Trois d'entre eux ont été tués et un autre blessé. Un civil, qui conduisait le véhicule, a également été blessé", selon la Minusma, qui s'est dite "choquée par le lâche assassinat de trois de ses Casques bleus". 

Selon un élu de Siby, il s'agit "d'un braquage qui a mal tourné". "Ce sont des Casques bleus de l'ONU permissionnaires qui allaient en Guinée. Ils ont été braqués par des malfrats qui visiblement ont paniqué et ont tiré", a indiqué cet élu sous le couvert d'anonymat, confirmant le bilan de trois morts. 

La Minusma est la plus coûteuse en vies humaines des opérations actuelles de maintien de la paix de l'ONU, avec plus de 190 morts depuis son déploiement en 2013, dont près de 120 dans des actes hostiles, soit plus de la moitié des Casques bleus tués dans le monde depuis cinq ans.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants