Dernières Infos

Stèle en souvenir du retrait syrien en 2005 : le CPL répond à Sayyed

Liban
OLJ
19/11/2018

Le Courant patriotique libre a répondu lundi au député et ancienne figure de la tutelle syrienne Jamil Sayyed, qui avait critiqué le chef du CPL, Gebran Bassil, après son annonce dimanche de son intention de bâtir une stèle à Nahr el-Kalb commémorant le retrait des troupes syriennes du Liban en 2005.

"Si M. Bassil, en tant que ministre des Affaires étrangères, est attaché à l'accord de Taëf, alors il doit l'amender car ce texte ne qualifie pas la présence syrienne d'occupation", avait déclaré dimanche M. Sayyed sur son compte Twitter, ajoutant dans un autre tweet que "la Syrie a quitté le Liban en 2005 après l'assassinat de Rafic Hariri à la suite de pressions internationales et des divisions politiques libanaises".

Dans un communiqué publié dans la journée, le CPL "s'étonne de la polémique déplacée lancée par M. Sayyed après les propos de M. Bassil concernant un fait historique sur lequel il n'y a aucun désaccord". "Que la présence de l'armée syrienne au Liban ait été une occupation ou non ne change rien au fait que les troupes syriennes aient quitté le Liban en 2005", souligne ce texte, rappelant qu'en 2005, le CPL et M. Bassil avait apposé une plaque commémorative rappelant ce retrait qui avait ensuite disparu dans des circonstances non élucidées. "Le retrait syrien s'inscrit dans le sillage de la souveraineté et l'indépendance du Liban", ajoute le CPL.

Quelques heures plus tard, M. Sayyed a assuré sur Twitter qu'il n'y avait aucune polémique entre M. Bassil, qu'il a qualifié d'"ami", et lui, mais juste une "une divergence naturelle". "Je serai en faveur de l'apposition d'une plaque commémorative lorsque les Etats-Unis et l'Occident permettront à notre Etat 'indépendant' de faire rentrer les réfugiés syriens chez eux", a-t-il ajouté.

Les stèles de Nahr el-Kalb résument toute l’histoire du Liban en évoquant le déferlement successif des armées pharaoniques, assyro-babyloniennes, grecques, romaines, arabes, françaises, anglaises, qui ont sculpté sur ces rochers des stèles commémoratives.


À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : on tourne en rond !

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué