Dernières Infos

Immigration: un mort à Melilla, quelque 200 migrants entrent

AFP
21/10/2018

Un migrant est mort dimanche matin dans l'enclave espagnole de Melilla après avoir traversé, avec environ 200 personnes, la clôture avec le Maroc, a annoncé la préfecture.

Vers 9h00 locales (7h00 GMT), un groupe d'environ 300 migrants sub-sahariens ont tenté d'escalader la clôture, "quelque 200 personnes parvenant à entrer à Melilla", a expliqué la préfecture dans un communiqué.
"Malheureusement, l'un des migrants est décédé (...) à cause, semble-t-il, d'un arrêt cardio-respiratoire", ajoute le texte.
Il faisait partie d'un groupe de quatre migrants blessés, assure la préfecture qui ne précise ni l'origine ni la nature de ces blessures.
La frontière de Melilla est protégée par deux grillages de six mètres de haut surplombés de barbelés coupants.
Pour la traverser, les migrants utilisent souvent des crochets et des chaussures munies de clous.
Le gouvernement socialiste de Pedro Sanchez avait annoncé en juin son intention de retirer ces barbelés, sans que la mesure ne soit pour l'instant suivie d'effet.
Les Africains entrés dans la ville espagnole se sont rendus au centre d'accueil temporaire de migrants où ils peuvent déposer une demande d'asile.

L'Espagne est régulièrement épinglée par les autorités européennes pour son traitement de l'immigration, en particulier à Ceuta et Melilla, seules frontières terrestres de l'Union européenne avec l'Afrique.
Fin août, une centaine de migrants entrés à Ceuta avaient été renvoyés vers le Maroc, suscitant les critiques des défenseurs des droits de l'homme.
L'Espagne est devenue la première porte d'entrée de l'immigration clandestine en Europe, avec plus de 47.000 migrants entrés depuis le début de l'année, dont environ 5.000 par voie terrestre selon l'Organisation internationale pour les Migrations.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué