X

Liban

Bagarre entre militants CPL et FL à Huvelin

Université
OLJ
11/10/2018

Une bagarre a éclaté hier entre des étudiants militants du Courant patriotique libre et d’autres des Forces libanaises à l’Université Saint-Joseph, rue Huvelin, à Achrafieh. Les deux parties se sont rejeté la responsabilité de la rixe. Cet incident intervient quelques jours seulement après la dispute qui avait opposé des partisans des deux camps dans le village de Ferzol, dans la Békaa, autour de l’installation par des militants FL sur un emplacement contesté d’une statue à la mémoire des victimes du parti originaires de la localité tombées durant la guerre, provoquant la colère du député Michel Daher, membre du groupe parlementaire aouniste.

En ce qui concerne l’incident d’hier, une source du CPL qui s’est confiée par téléphone à L’Orient-Le Jour accuse certains partisans des FL « d’avoir publié sur Facebook un message dans lequel ils insultent des responsables de la formation » fondée par le président de la République, Michel Aoun. « Nos étudiants ont voulu discuter de cela avec des militants FL, mais une bagarre a éclaté », explique la source. « Une nouvelle rixe a éclaté à l’extérieur du campus lorsque les étudiants des deux partis se sont affrontés, a-t-elle poursuivi. Le calme est revenu après l’intervention des forces de l’ordre. »

De source FL, on affirme à L’OLJ que la tension remonte à quelques jours, lorsqu’un portrait du fondateur des Forces libanaises, le président assassiné Bachir Gemayel, accroché dans le hall de l’un des bâtiments de l’USJ, a été ôté et remplacé par celui d’un membre du CPL. Selon cette source, la rixe a éclaté lorsque des étudiants des deux camps ont évoqué l’incident. Elle affirme que des étudiants pro-Hezbollah ont rejoint la bagarre, de même que d’autres étudiants affiliés à divers partis politiques. Cette source confirme que la bagarre, qui s’est poursuivie à l’extérieur du campus, a pris fin avec l’arrivée des forces de l’ordre.

Les sources des deux partis placent cet incident dans le contexte des futures élections estudiantines prévues le 27 octobre. Sur un plan plus large, l’incident intervient dans le cadre de la formation du nouveau gouvernement. La semaine dernière, le chef du courant aouniste, Gebran Bassil, s’en était violemment pris aux Forces libanaises, les accusant de réclamer des quotes-parts gouvernementales auxquelles elles n’ont pas droit, selon lui.

Pour sa part, un étudiant du Club laïc, un mouvement indépendant au sein de l’université, a déploré cet incident, soulignant à L’OLJ que « ce genre de comportement est absolument inacceptable ». Pour lui, « il faut que l’atmosphère électorale reste démocratique ».

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre la crise économique et financière et l’implantation des Palestiniens...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants