Moyen Orient et Monde

Berlin prêt à « assumer des responsabilités dans la reconstruction »

OLJ
15/09/2018

L’Allemagne est disposée à « assumer des responsabilités dans la reconstruction » de la Syrie en cas de « solution politique » pouvant mener à des « élections libres », a déclaré son chef de la diplomatie, avant de recevoir hier son homologue russe. « Il est dans notre intérêt que la Syrie devienne un pays stable. Nous devons la reconstruire pour ça. Nous avons un rôle important à jouer à cet égard », a encore dit Heiko Maas dans sa série de messages sur Twitter avant une rencontre avec Sergueï Lavrov à Berlin. Ces propos font écho à une demande formulée en août par Vladimir Poutine lors d’une visite à Berlin, appelant l’Union européenne à participer financièrement à la reconstruction de la Syrie pour permettre le retour chez eux de millions de réfugiés. « Nous savons tous ce qui est en jeu en Syrie. Il s’agit de prévenir le pire : une nouvelle catastrophe humanitaire », a aussi indiqué M. Maas. « À mon collègue russe Lavrov, je dirai aujourd’hui (vendredi) que nous espérons qu’il n’y aura pas d’offensive majeure à Idleb », a-t-il ajouté.

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Nous, sales Arabes...

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Hezbollah entame « la quatrième phase » de son parcours

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué