Dernières Infos

Les conditions pas réunies pour des élections, juge le PM libyen

Reuters
12/09/2018

L'instabilité en Libye ne permet pas l'organisation d'élections à court terme, a estimé mercredi le Premier ministre Fayez Seraj, remettant en cause le calendrier proposé par la France pour tenter de sortir le pays du chaos. Lors d'une conférence organisée en mai à l'initiative d'Emmanuel Macron, les factions libyennes rivales avaient accepté de travailler avec les Nations unies à la tenue d'élections le 10 décembre dans l'ensemble du pays - coupé en deux depuis 2014.

Mais Fayez Seraj, qui dirige le gouvernement de Tripoli reconnu par la communauté internationale, a déclaré au journal italien Corriere della Serra que ce calendrier lui paraissait irréaliste alors que les affrontements entre milices se sont multipliés ces dernières semaines dans la capitale libyenne. "On ne peut pas voter avec une telle instabilité dans la rue. Il est nécessaire que tout le monde accepte le résultat du scrutin. Il nous faut des règles communes", a-t-il dit, selon le journal.

Fayez Seraj a des relations étroites avec l'Italie tandis que son rival, le maréchal Khalifa Haftar qui dirige les forces de l'est de la Libye, est considéré comme proche de la France et de l'Egypte.

Le Premier ministre libyen a ajouté qu'il ne pourrait pas y avoir d'élections tant que la nouvelle Constitution n'aurait pas été approuvée. "Nous avons parlé des élections à Paris (en mai) mais le projet constitutionnel qui est prêt, mais qui n'a pas été approuvé, doit d'abord l'être", a-t-il ajouté en mettant en cause l'inertie du Parlement de l'est libyen, basé à Tobrouk.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Tempête dans la région, crise gouvernementale au Liban

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué