Dernières Infos

Craintes accrues d'un "massacre" en cas d'assaut sur Idleb en Syrie

AFP
05/09/2018
"Massacre", "bain de sang" et menaces américaines. Les mises en garde se sont multipliées contre la perspective d'un assaut du régime contre Idleb, dernier grand bastion rebelle et jihadiste en Syrie, à deux jours d'un sommet décisif à Téhéran.

Le régime Assad et son allié russe lancent quasi-quotidiennement des déclarations va-t-en-guerre sur la province d'Idleb (nord-ouest), dominée par les jihadistes de Hayat Tahrir al-Cham (ex-branche syrienne d'Al-Qaïda) et où sont également présentes des factions rebelles.

C'est dans la province d'Idleb frontalière de la Turquie qu'ont été envoyés des dizaines de milliers de rebelles et de civils, évacués de fiefs repris par le régime. Ainsi, quelque trois millions d'habitants vivent dans la région et les poches rebelles adjacentes, dont la moitié sont des déplacés, d'après l'ONU.

Le président américain Donald Trump a dit suivre la situation "de très près".Les Etats-Unis ont convoqué pour vendredi une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU, le jour même d'un sommet à Téhéran entre les présidents d'Iran, de Russie et de Turquie, censé sceller le sort d'Idleb.

Les dix pays non membres permanents du Conseil de sécurité ont réclamé une "solution pacifique", appelant toutes les parties concernées à prendre "toutes les mesures possibles" pour protéger les civils.

"Dieu nous en garde, un massacre pourrait avoir lieu si une pluie de missiles s'y abattait", a averti le président turc Recep Tayyip Erdogan dont le pays, parrain des rebelles, est opposé à un assaut qui risque de provoquer un afflux de réfugiés vers sa frontière.

"Grâce à Dieu nous allons pouvoir empêcher une action extrême du régime (à Idleb) en obtenant des résultats positifs à Téhéran", a-t-il espéré.

- Craintes d'une attaque chimique -

Si l'assaut est donné, la communauté internationale craint une catastrophe humanitaire d'une ampleur inédite, même à l'échelle d'un pays ravagé depuis 2011 par une guerre qui a fait plus de 350.000 morts et poussé à la fuite des millions de personnes.

L'envoyé spécial de l'ONU, Staffan de Mistura, a appelé à éviter "un bain de sang", alors que depuis plusieurs semaines, l'armée de Damas masse des renforts aux abords d'Idleb.

Mercredi, le régime a bombardé à l'artillerie plusieurs secteurs de la province au lendemain de raids russes ayant tué 13 civils, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). L'armée russe a confirmé des raids contre des jihadistes, loin de zones résidentielles.

De plus, certains pays ont dit craindre une possible attaque chimique à Idleb et une réédition du scénario de la Ghouta orientale.

Dans cet ex-bastion rebelle, le régime a été accusé en avril d'avoir utilisé ces armes illégales, qui ont fait 40 morts civils selon les secouristes en zones rebelles. Et les Occidentaux avaient mené des frappes de représailles.

"Si le président Bachar al-Assad décide d'utiliser une nouvelle fois des armes chimiques, les Etats-Unis et leurs alliés répondront rapidement et de façon appropriée", a mis en garde la Maison Blanche.

A son tour, le chef du Pentagone, Jim Mattis, a démenti des affirmations relayées par la presse russe selon lesquelles les Etats-Unis pourraient encourager une attaque chimique pour en blâmer la Russie et le régime syrien, et l'utiliser comme prétexte à des frappes aériennes.

- Sommet crucial -

Alors que selon M. de Mistura, l'assaut pourrait être donné "autour du 10 septembre", les yeux sont rivés sur le sommet de Téhéran, où le président Hassan Rohani accueillera le russe Vladimir Poutine et M. Erdogan.

Les trois pays, impliqués militairement en Syrie, ont acquis un rôle déterminant dans le conflit et c'est bien ce sommet qui pourrait décider ou non d'une offensive, en fixer l'ampleur et le calendrier.

"C'est un sommet très important", a dit à Moscou un conseiller du Kremlin, Iouri Ouchakov. Les trois dirigeants "vont accorder une attention particulière à la situation dans la zone d'Idleb où sont concentrés les terroristes".

"Les vies de millions de personnes sont maintenant entre les mains de la Russie, de la Turquie et de l'Iran", qui ont désormais "le pouvoir" de les protéger, a déclaré la directrice des campagnes au Moyen-Orient à Amnesty International, Samah Hadid.

Une victoire à Idleb serait hautement symbolique pour le pouvoir, déterminé à reconquérir l'intégralité du territoire.

C'est avec l'appui militaire crucial de Moscou, outre celui de l'Iran, que M. Assad a déjà réussi à consolider son emprise sur près des deux-tiers du pays, multipliant les victoires face aux rebelles et aux jihadistes.

Mais de larges régions lui échappent encore. Dans le nord-est, la minorité kurde domine près de 30% du territoire, où elle a installé une administration semi-autonome. Ailleurs dans le nord, à la frontière turque, des rebelles pro-Ankara contrôlent plusieurs grandes villes.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Au-delà du ton violent, Nasrallah et Hariri maintiennent entrouverte la porte des négociations...

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué