Dernières Infos

Syrie: Washington accuse Moscou de "défendre l'assaut" syrien contre Idleb

AFP
31/08/2018

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a accusé vendredi son homologue russe Sergueï Lavrov de "défendre l'assaut" du régime de Damas, soutenu par la Russie, contre le dernier grand fief rebelle d'Idleb, en Syrie.

"Sergueï Lavrov défend l'assaut syrien et russe contre Idleb", a-t-il déclaré sur Twitter. "Les Etats-Unis considèrent qu'il s'agit d'une escalade dans un conflit déjà dangereux", a-t-il ajouté. "Les trois millions de Syriens qui ont déjà été contraints de quitter leur maison et sont maintenant à Idleb vont souffrir de cette agression. Ce n'est pas bien. Le monde vous regarde", a encore mis en garde le chef de la diplomatie américaine.

La province d'Idleb, dans le nord-ouest du pays en guerre, à la frontière avec la Turquie, est dominée par les jihadistes de Hayat Tahrir al-Cham (HTS) et une multitude de factions rebelles y sont présentes. Ce dernier grand fief insurgé est dans le viseur du pouvoir de Bachar el-Assad qui, fort du soutien aérien crucial de son allié russe depuis 2015, a accumulé les victoires et repris plus de 60% du pays.

Les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni ont récemment averti le président Assad et Moscou qu'ils ne laisseraient pas impunie toute utilisation d'armes chimiques par le régime, en cas d'offensive à Idleb.

En réponse, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov avait dit mercredi espérer que les pays occidentaux n'allaient "pas entraver l'opération antiterroriste" dans cette région. "Il est nécessaire de liquider cet abcès" tout en "minimisant autant que possible les risques pour la population civile", avait-il ajouté, semblant confirmer l'imminence d'un assaut.

Il avait en outre accusé les Occidentaux de "réchauffer activement" le thème d'une "soi-disant attaque chimique" qui sera imputée au gouvernement syrien.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué