Dernières Infos

Syrie: des négociateurs tués dans une région rebelle du sud

AFP
14/06/2018
Un membre d'un comité chargé de négocier avec le régime syrien le sort des territoires rebelles dans le sud du pays a été assassiné jeudi par des inconnus, portant à 12 le nombre de membres de cette instance tués en trois semaines, selon une ONG.

Ces meurtres interviennent alors que la Russie, allié indéfectible du pouvoir de Bachar el-Assad, poursuit des pourparlers avec les puissances régionales pour déterminer l'avenir de cette région, frontalière de la Jordanie et du plateau du Golan annexé par Israël, et tenter ainsi d'éviter une opération militaire du régime.
Mais les groupes rebelles, qui contrôlent à 70% de cette région, composée principalement des provinces de Deraa et Quneitra, disent refuser toute négociation ou réconciliation avec le régime.

"A l'aube, des assaillants armés ont assassiné un médecin qui fait partie du comité de réconciliation de Deraa", a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), précisant que l'attaque s'était déroulée dans un village rebelle du nord-ouest de la province.
Ce comité regroupe des personnalités locales influentes qui négocient le sort des territoires rebelles avec Damas et son allié russe, selon le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Onze négociateurs avaient déjà été tués par des inconnus depuis la fin du mois de mai, a précisé M. Abdel Rahmane.

Evoquant l'avenir du territoire, M. Assad a affirmé mercredi dans un entretien télévisé que les contacts étaient "toujours en cours entre les Russes, les Américains et les Israéliens".
"Nous donnons une chance aux pourparlers politiques. S'ils échouent, il n'y aura d'autre choix qu'une libération par la force", a-t-il mis en garde.
Il a accusé les Etats-Unis et Israël de faire "pression sur les terroristes afin d'empêcher tout compromis ou solution pacifique". Le régime utilise le terme de "terroristes" pour désigner tous les combattants rebelles.

Appuyé par la Russie, le régime a intensifié ces derniers mois sa reconquête des territoires insurgés notamment aux abords de la capitale Damas, utilisant une stratégie alliant parfois bombardements meurtriers ou accords d'évacuation.

Moscou a apporté un soutien de poids au régime depuis le déclenchement de la guerre en 2011. L'intervention russe en septembre 2015 a permis au régime d'enchaîner les victoires face aux rebelles et aux jihadistes et de contrôler désormais plus de 60% du territoire.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Pays : Liban ; capitale : Téhéran

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué