Dernières Infos

Hongrie: un eurodéputé poursuivi pour espionnage

AFP
06/12/2017

L'eurodéputé hongrois Bela Kovacs, membre du parti d'extrême droite Jobbik, a été mis en examen mercredi pour espionnage par le parquet hongrois qui le soupçonne d'avoir agi au profit de la Russie.
L'homme politique de 57 ans est poursuivi pour "participation à des activités d'espionnage au profit d'un Etat étranger", a indiqué le parquet dans un communiqué.
Il est visé par une enquête, ouverte à Budapest, portant sur de l'espionnage "contre les institutions européennes", de la fraude fiscale et de la falsification de documents ayant entraîné un important préjudice financier.
La justice hongroise n'a pas mentionné l'Etat au service duquel l'eurodéputé est soupçonné d'avoir agi mais la presse hongroise a fait état de nombreux voyages de Bela Kovacs à Moscou, où il aurait rencontrer secrètement des diplomates russes.
Il encourt pour espionnage une peine de prison de deux à huit ans.
L'eurodéputé nie ces allégations qui avaient été publiées par un journal progouvernemental en 2014 peu avant les élections européennes où il a décroché un siège d'eurodéputé, avant de voir son immunité levée par le Parlement de Strasbourg en octobre 2015.
Depuis la victoire du parti de droite Fidesz donnant au Premier ministre Viktor Oban un second mandat en 2014, le parti Jobbik est devenu le deuxième parti le plus important du pays.
Viktor Orban est favori des sondages pour emporter un troisième mandat d'affilée lors des prochaines législatives qui devraient se tenir en avril. En matière de politique étrangère, il affiche volontiers sa proximité avec le président russe Vladimir Poutine qu'il a reçu à Budapest en 2015 et 2017.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Échec au roi...

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué