X

Culture

Le retour de la talentueuse fille de Bab el-Oued

Concert

Souad Massi revient à Beyrouth le 12 septembre au Music Hall. La chanteuse kabyle égrénera la
douceur de la vie, ses joies et ses peines dans ce style musical si particulier qui est le sien.

08/09/2017

La voix claire et le timbre haut, voilà près de 20 ans que Souad Massi distille ses mélodies partout dans le monde. Depuis Raoui, son premier album qui l'a révélée en 2001, la chanteuse algérienne suit sa bonne étoile. En 2006, elle remporte les Victoires de la musique dans la catégorie musiques du monde, en 2011 le Grand Prix des musiques du monde de la Sacem, et depuis, elle enchante le pourtour méditerranéen avec la justesse de ses mots et la fraîcheur de sa voix.
Pourtant, il ne faut pas longtemps pour comprendre que Souad Massi ne s'assied pas dans les fauteuils établis que la tradition musicale propose. Celle qui s'est jadis produite au sein du groupe de hard-rock algérois Atakor brise les frontières des genres musicaux pour créer ces mélodies mosaïques qui caractérisent son répertoire. Accompagnée de sa guitare et de quatre musiciens, Souad Massi propose des morceaux où se croisent et se mélangent diverses traditions musicales : du chaâbi algérien au fado portugais en passant par des notes de folk, de flamenco et même de reggae, la chanteuse surprend autant qu'elle envoûte.
Si Massi vit en France, c'est en arabe qu'elle chante le plus souvent. Des textes simples où elle chante la vie, ses joies, ses peines, toujours avec douceur, toujours avec justesse. Après Raoui, elle a signé quatre albums. Le dernier en date, El-Mutakallimun (2015), est un hymne à la littérature arabe. Il regroupe en effet dix chansons dont les textes sont empruntés aux plus grands poètes arabophones : al-Mutanabbī (915-965), Élia Abu Madi (1889-1957), Ahmad Matar (1954)...
Toute son œuvre est un hymne à la beauté, au dialogue et au métissage des cultures. La chanteuse algérienne se revendique d'un héritage culturel arabo-berbère ouvert sur le bassin méditerranéen. Ses collaborations avec les chœurs de Cordoue, ville-symbole de ce creuset culturel et bijou de l'architecture arabo-andalouse, en sont la parfaite illustration.
Souad Massi, en habituée de la scène libanaise (son dernier concert remonte à quelques mois), revient donc à Beyrouth le 12 septembre au Music Hall. La chanteuse reprendra ses titres phares et promet quelques surprises. La seule perspective de (ré)entendre Raoui ou el-Houriya suffirait à nous décider, la promesse d'être surpris finit de nous convaincre !

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué