Dernières Infos

Syrie: nouvelle avancée de l'alliance anti-EI près de Raqqa (FDS, OSDH)

AFP
16/05/2017

L'alliance arabo-kurde soutenue par Washington a pris en moins de 24 heures une série de villages situés à 4km au nord et à l'est de Raqqa, principal fief du groupe Etat islamique (EI) en Syrie, selon un porte-parole et une ONG.

Mais les Forces démocratiques syriennes (FDS) se trouvent encore à une quarantaine de km du côté ouest, tandis qu'au sud de la ville bordée par le fleuve de l'Euphrate, le territoire reste entièrement sous le contrôle du groupe jihadiste.

Les FDS "ont pris lundi (hier) soir trois villages à 4km au nord de Raqqa", a indiqué à l'AFP Talal Sello, porte-parole des FDS, la coalition arabo-kurde qui combat l'EI depuis fin 2015. Ils ont également conquis lundi soir deux autres villages à 4km à l'est.
"Nous sommes proches d'encercler Raqqa à l'est et au nord mais nous devons avancer sur le front ouest avant de lancer l'assaut sur la ville au moment opportun", a encore précisé M. Sello.

Vendredi dernier, les FDS avaient annoncé que l'assaut serait lancé au "début de l'été", probablement en juin.
Le 10 mai, elles avaient conquis la ville de Tabqa, un important verrou à une cinquantaine de kilomètres à l'ouest de Raqqa.
"Sur ce même front, nous devons désormais prendre al-Mansoura, à plus de 35 km de Raqqa", a expliqué le porte-parole.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a rapporté également la prise des cinq villages. "Du côté nord, les FDS ont avancé de 4 km, tandis que du côté est, elles ont progressé de près de deux km", a indiqué à l'AFP son directeur Rami Abdel Rahmane. "Les FDS veulent faire la jonction entre leurs troupes au nord et à l'est de Raqqa", selon lui.

Il reste toutefois toujours possible pour les jihadistes de s'enfuir par le sud de la ville, notamment à bord d'embarcations franchissant l'Euphrate. Ils peuvent se déplacer vers leur fief d'al-Sokhna (centre) avant de se diriger vers la province de Deir ez-Zor (est) qu'ils contrôlent quasi-totalement.

Les FDS sont en première ligne dans l'offensive contre Raqqa, mais leur implication ulcère la Turquie, alliée de Washington au sein de l'Otan. L'alliance est en effet dominée par les Unités de protection du peuple kurde (YPG), considérées par Ankara commme affiliée au Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK), classé par les Turcs comme "terroriste".

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué