Dernières Infos

Les forces irakiennes libèrent une fillette yazidie à Mossoul

AFP
21/04/2017

Les forces irakiennes à Mossoul ont libéré une fillette yazidie de 11 ans, enlevée et vendue comme esclave par le groupe Etat islamique (EI) en 2014, a annoncé vendredi la police fédérale.

Durant l'été 2014, l'EI a massacré de nombreux yazidis lors de sa conquête du mont Sinjar, et a enlevé des centaines, voire des milliers, de femmes, vendues comme épouses aux jihadistes ou réduites à l'état d'esclaves sexuelles.

L'enfant, enlevée de son village de Kocho au sud du Sinjar, a été libérée par les forces de sécurité irakiennes jeudi dans le quartier de Tanek à Mossoul-Ouest, a indiqué Raëd Chaker Jawdat, commandant de la police fédérale.
"Ceux qui ont enlevé ces enfants sont des monstres", a affirmé le général Jaafar al-Baatat dans un communiqué accompagné d'une vidéo montrant la fillette libérée dans un poste de police au sud de Mossoul.
Elle y apparait silencieuse, entourée d'officiers qui tentent de la rassurer.

La députée yazidie Vian Dakhil, qui avait mis sur le devant de la scène internationale les exactions commises par l'EI, a affirmé à l'AFP que la fillette avait huit ans quand elle a été enlevée avec sa mère et ses soeurs.
"Elle a d'abord été emmenée à Tal Afar puis vendue à Mossoul", a-t-elle ajouté, précisant que deux de ses soeurs avaient été vendues à Raqa, le fief de l'EI en Syrie, et s'y trouvaient toujours.

Selon Mme Dakhil, les deux autres soeurs de la fillette ainsi que sa mère ont été rachetées à l'EI --une méthode utilisée par les autorités et des organisations yazidies pour libérer les femmes de cette communauté-- et vivent aujourd'hui en Allemagne.

Quelque 3.000 Yazidis seraient encore entre les mains des jihadistes.
Les Yazidis sont une minorité kurdophone pratiquant une religion monothéiste qui a emprunté certains de ses éléments au christianisme ou à l'islam. Selon l'ONU, l'EI a commis un "génocide" contre cette communauté qu'il considère comme hérétique.

Lancée le 17 octobre, la bataille de Mossoul a permis aux troupes gouvernementales de chasser fin janvier les jihadistes de la partie orientale de la deuxième ville d'Irak coupée en deux par le fleuve Tigre.
Depuis février, elles tentent avec le soutien d'une coalition internationale dirigée par les Etats-Unis de s'emparer de la partie occidentale où elles ont réalisé d'importantes avancées.

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1 / 1

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Renaissance

Décryptage de Scarlett HADDAD

L’opération de l’armée et « la plaie » du jurd de Ersal

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon OLJ, vous devez au préalable vous identifier.