X

Huit ans à la Maison Blanche : le bilan d'Obama

Un parcours pratiquement sans faute pour Michelle Obama

Focus

En huit ans, la Première dame sortante a complètement modernisé le rôle de First Lady.

20/01/2017

En posant ses valises à Washington le 20 janvier 2009, Michelle Obama s'est autoproclamée « Mom-in-Chief ». Laissant de côté ses activités professionnelles, elle s'est concentrée sur son rôle d'épouse et de maman.

Évitant les controverses, elle a soutenu la lutte contre l'obésité infantile, puis l'aide aux vétérans et aux familles de militaires. À première vue, rien de très excentrique. La notoriété de la First Lady s'est construite sur une image ambivalente. Discrète sur la scène politique, active en coulisses, l'avocate diplômée de Princeton et de Harvard a joué un rôle très important auprès de son mari.

« Les Américains attendent d'une First Lady qu'elle soit très paradoxale », analyse Nicole Bacharan, politologue franco-américaine. Pari réussi. En huit ans, Mrs O. a su paramétrer ses interventions. Dynamique lors la première campagne en 2008, elle avait contribué à rassembler un électorat afro-américain sceptique quant à la légitimé de son mari à les défendre. Et quand il s'agit de protéger le président ou des valeurs essentielles à ses yeux, elle répond toujours présent. Exemple à l'appui : son discours mémorable prononcé en faveur d'Hillary Clinton dans la course à la présidentielle en octobre dernier. L'objectif? Contrer le candidat Trump, adepte de paroles sexistes envers sa concurrente démocrate, qualifiées « de choquantes et dégradantes » par la First Lady en poste. Excellente oratrice, son « When they go low, we go high » est devenu un nouveau slogan de campagne pour Mme Clinton. « Quand on fait appel à Michelle Obama, c'est pour emporter le morceau, pour gagner, explique Nicole Bacharan. Ses interventions sont rares et tellement difficiles à obtenir que cela rend son discours d'autant plus important. »

 

First Lady 2.0
Inspirée par Eleanor Roosevelt et Jackie Kennedy, Michelle Obama ne s'est pas contentée de suivre ses modèles. À 53 ans, elle maîtrise les réseaux sociaux aussi bien que la nouvelle génération. Cette habileté à contrôler son image médiatique a généré une grande frustration chez les médias. En revanche, lorsqu'elle décide de s'illustrer, rien ne l'arrête ! Des courses en sac aux quelques pas de danse avec des guerriers Star Wars, sans oublier son passage dans le talk-show de James Corden où elle se lâche sur une chanson de Beyoncé, elle défraye la chronique. Même si elle est parfois critiquée sur les réseaux sociaux, sa popularité dépasse largement celle de son mari : 64 % des Américains ont une opinion positive de leur Première dame, selon un sondage pour l'institut Gallup en août dernier. « Malgré quelques erreurs lors de la première campagne en 2008, elle a fait un parcours sans faute une fois arrivée à la Maison-Blanche, c'est exceptionnel », confirme Nicole Bacharan.

Même sa penderie a été à la hauteur. Le look des First Lady est observé à la loupe et Michelle Obama s'est jouée de cela. Finis les tailleurs et les vêtements sobres, elle a totalement révolutionné la garde-robe traditionnelle. Affichant un style particulièrement féminin, coloré et moderne, elle est devenue le modèle des femmes noires américaines. Ces dernières la surnomment même « sister » quand elles la mentionnent.
Véritable as de la communication, elle a su trouver le juste milieu pour avoir un contrôle sans faille de son image sans pour autant paraître calculatrice. Sa popularité se dessine bien au-delà du Parti démocrate. Beaucoup aimeraient la voir se présenter en 2020, idée qu'elle a constamment rejetée, qualifiant même la Maison-Blanche de « très jolie prison ».

Après huit ans sous les projecteurs, la Première dame a seulement confirmé qu'elle allait rédiger son autobiographie. Pour la suite, rien n'a été dévoilé.

À la une

Retour au dossier "Huit ans à la Maison Blanche : le bilan d'Obama"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Au-delà du ton violent, Nasrallah et Hariri maintiennent entrouverte la porte des négociations...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué