Dernières Infos

Libye: les Etats-Unis frappent un dernier carré de jihadistes à Syrte

AFP
01/12/2016

Les Etats-Unis continuent de mener des frappes aériennes contre des jihadistes du groupe Etat islamique retranchés dans "deux derniers pâtés de maison" à Syrte en Libye, a indiqué jeudi le Pentagone.
Ces combattants "sont très peu nombreux mais ils sont tenaces et ils combattent jusqu'à la mort", a déclaré le capitaine de vaisseau Jeff Davis, porte-parole du Pentagone.

Les frappes sont désormais menées par des drones, le navire d'assaut amphibie USS Wasp et ses avions Harrier présents au début de l'opération ayant quitté les lieux, a indiqué le porte-parole.
Au démarrage de ces bombardements le 1er août, Washington avait estimé que la campagne américaine en appui des forces du gouvernement libyen d'union nationale (GNA) pour reprendre Syrte serait probablement courte, se mesurant "en semaines et non en mois".

Mais l'EI a opposé une résistance plus tenace que prévue dans son dernier bastion.
Le porte-parole du Pentagone n'a pas voulu préciser pourquoi le GNA et les chefs militaires américains n'avaient pas décidé d'un bombardement massif sur les derniers immeubles détenus par les jihadistes.

Syrte, ville côtière située à 450 kilomètres à l'est de Tripoli, était devenue le fief de l'EI en Libye après sa conquête en juin 2015.
L'opération de reconquête de la ville, lancée le 12 mai par les forces pro-GNA, s'est enlisée, notamment en raison de la prudence qu'adoptent les forces pro-GNA pour éviter de nouvelles pertes et protéger les civils.
Les combats contre les jihadistes ont en effet été meurtriers, avec près de 700 morts et 3.000 blessés dans les rangs des forces pro-gouvernementales. Syrte est la dernière zone urbaine libyenne où l'EI détient encore des positions, a souligné jeudi le porte-parole américain. Mais les jihadistes sont encore présents dans des zones non peuplées du pays, a-t-il rappelé.

Des soldats américains se trouvent actuellement en Libye pour faciliter la coordination entre les forces du GNA et les forces américaines pour mener les frappes, a indiqué par ailleurs le porte-parole.
Les militaires américains sur place "ne font pas de formation de conseil et d'accompagnement" des forces locales comme en Irak ou en Syrie, a précisé le porte-parole.
Ils restent à distance de la ligne de front et "facilitent les échanges d'informations" entre Libyens et Américains pour les frappes, qui sont définies par les forces libyennes et non par les forces américaines, a-t-il expliqué.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les menaces israéliennes contre le Liban et le test de Gaza

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué