Rechercher
Rechercher

Dernières Infos

Turquie : le chef du principal parti d'opposition pour une coalition sans l'AKP

Le chef du principal parti de l'opposition turque, Kemal Kiliçdaroglu, s'est prononcé lundi pour la formation d'une coalition des trois partis hostiles au parti islamo-conservateur au pouvoir, qui ont réuni la majorité absolue des voix lors des législatives du 7 juin. "Aucun parti ne doit ignorer l'équilibre des forces (issu du scrutin). La responsabilité de former une coalition incombe au bloc des 60%", a déclaré le président du Parti républicain du peuple (CHP, social-démocrate) à la presse. "Nous devons penser à la Turquie, pas aux prochaines élections", a-t-il jugé.

Au pouvoir depuis treize ans, le Parti de la justice et du développement (AKP) du président Recep Tayyip Erdogan a perdu sa majorité absolue en recueillant 40,8% des voix, le contraignant à former une gouvernement de coalition. Ses deux principaux adversaires, le CHP et le Parti de l'action nationaliste (MHP, droite) ont respectivement rassemblé 25% et 16,3% des suffrages. Le parti prokurde HDP (Parti démocratique des peuples) a réussi une performance historique avec 13,1% des voix.

M. Kiliçdaroglu a également jugé "inacceptable" que le président Recep Tayyip Erdogan intervienne dans les discussions sur la formation du futur gouvernement. "Il est inacceptable qu'il s'impose comme un acteur principal", a-t-il souligné. M. Erdogan a déclaré dimanche devant des journalistes qu'il chargerait l'actuel Premier ministre Ahmet Davutoglu, chef de l'AKP arrivé en tête du scrutin, de former le prochain gouvernement et qu'il souhaitait inviter cette semaine les chefs des quatre partis représentés au Parlement pour en discuter.
Comme M. Kiliçdaroglu lundi, les dirigeants des deux autres partis d'opposition lui ont signifié une fin de non-recevoir, jugeant qu'il outrepassait ses pouvoirs constitutionnels. Le scrutin du 7 juin a sonné comme une défaite personnelle pour M. Erdogan, qui a fait campagne pour l'AKP afin d'instaurer une présidence forte dans le pays.


Le chef du principal parti de l'opposition turque, Kemal Kiliçdaroglu, s'est prononcé lundi pour la formation d'une coalition des trois partis hostiles au parti islamo-conservateur au pouvoir, qui ont réuni la majorité absolue des voix lors des législatives du 7 juin. "Aucun parti ne doit ignorer l'équilibre des forces (issu du scrutin). La responsabilité de former une coalition incombe...