Maliki, « l’homme fort » de Bagdad à défaut de mieux

Les chrétiens d’Orient sont marginalisés et oubliés

OLJ
05/05/2014

Jean-Sylvestre Mongrenier, chercheur associé à l'Institut Thomas More, note que dans l'histoire de l'Irak, les chrétiens du pays sont passés par pertes et profits. Quelle est leur situation et leur avenir en Irak ? Quelles forces politiques s'en préoccupent? Cette marginalisation et ce désintérêt pour les chrétiens d'Orient se retrouvent dans une large partie de la région, déclare M. Mongrenier. D'un point de vue occidental, il faudrait penser une grande politique moyen-orientale qui intègre la question des chrétiens d'Orient. Il s'agirait d'une politique plus large, axée sur le respect des libertés, dont la liberté de culte, et l'instauration d'États de droit. C'est ce qui se joue en Irak qui, à certains égards, est un laboratoire régional. On ne saurait céder au fatalisme et se désintéresser de l'Irak post-Saddam, conclut M. Mongrenier.

À la une

Retour au dossier "Maliki, « l’homme fort » de Bagdad à défaut de mieux"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.