Actualités

Gestion de la diversité religieuse : colloque Liban-Québec à l’USJ

09/10/2008
L’Institut d’études islamo-chrétiennes (faculté des sciences religieuses) de l’USJ et la chaire de recherche Islam, pluralisme et globalisation de la faculté de théologie et de sciences des religions de l’université de Montréal organisent vendredi et samedi un colloque interdisciplinaire et binational « La gestion de la diversité religieuse (Liban-Québec) ». Des académiciens, chercheurs et experts libanais et québécois interviendront sur les enjeux et les défis actuels du phénomène religieux dans les secteurs juridico-politique et scolaire au Liban et au Québec. Le Liban et le Québec d’aujourd’hui sont deux sociétés pluralistes marquées à divers titres par la diversité religieuse. Malgré des différences importantes, les deux sociétés connaissent aussi une accentuation des identités islamiques. Au Liban, des individus et des collectivités au sein des communautés chrétiennes et musulmanes revendiquent des changements dans la gestion du pluralisme juridico-politique. Dans le secteur de l’éducation, la question de l’enseignement des religions, tant en milieux scolaires publics que privés, se pose de plus en plus dans le cadre du pluralisme religieux qui existe dans une majorité des établissements scolaires. Au Québec, l’islam est désormais la deuxième plus importante tradition religieuse, mais quand même loin derrière le christianisme. Sa présence relativement récente pose à la collectivité québécoise de grands défis en vue d’une définition inclusive de son identité, de la conjugaison des principes de liberté, de dialogue, de convivialité, de justice sociale. Avec les revendications particulières de communautés religieuses, ainsi que de l’intégration de l’expression du phénomène religieux dans l’espace public comme dans les secteurs scolaire et juridico-politique, les défis de non-discrimination sont multiples. Ces défis se posent plus que jamais au Liban également, société certes longtemps imprégnée par la diversité religieuse – et en particulier chrétienne et islamique –, mais qui cherche constamment à reformuler son identité, à repenser la place du religieux dans l’espace public et à réformer le système de gestion de ses diverses composantes. Le colloque se tient sous la direction des professeurs Antoine Messarra (USJ) et Patrice Brodeur (université de Montréal). Y interviendront Brigitte Caulier, Samia Amor et Olivier Hubert (université de Montréal) ainsi que Pamela Chrabieh-Badine, cheikh Mohammad Nokkari, cheikh Hani Fahs, P. Fadi Daou, Tony Atallah, Wadih el-Asmar, Melhem Khalaf, P. Salim Daccache et Antoine Courban (USJ). Cheikh Sami Abil-Mouna, des institutions al-Ourfan, y donnera également un exposé.

À la une

Retour au dossier "Actualités"

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants