Rechercher
Rechercher

Lifestyle - Mode

Avec des couleurs droit sorties du tube, Rabih Kayrouz vitamine l’été


Avec des couleurs droit sorties du tube, Rabih Kayrouz vitamine l’été

De grandes robes bouffantes, ballons qui engloutissent le vent et le soupirent en grâce. Photo DR

La collection Rabih Kayrouz printemps-été 2023, annoncée en juillet de l’année dernière, est déjà dans les vestiaires.

« Les couleurs primaires nous rappellent le Sud, l’empreinte d’une première peinture », indique le manifeste. On reconnaît chez Rabih Kayrouz ce sens de la joie, de la fraîcheur, du mouvement et de la fluidité qui a toujours prévalu dans l’identité de sa marque. Jaune vif, vert profond, bleu cobalt, rouge vermillon… L’éternel enfant en lui joue avec des gouaches qu’il étale avec volupté. Derrière chaque collection, il y a toujours un poème. Celui de cet été vient en prime avec un décor minimaliste où des mannequins évoluent entre des blocs de glace informes, suspendus à des filins comme des nuages à la fois lourds et légers, immatériels et gorgés d’une eau modelée pour la soif : « Il est midi sur une Riviera au bout du monde, le ciel est bleu d’été, quelques nuages…

Un grand chapeau-cloche, parfaitement géométrique avec sa forme trapèze, vient ajouter une note d’humour. Photo DR

Une femme marche cheveux au vent. Elle traverse les vestiges des temps modernes. Élégante, libre, presque insolente. Son vêtement l’enveloppe naturellement, libère son corps. Les couleurs primaires rappellent le Sud, l’empreinte d’une première peinture. Les textures sont solides. Les tissus brillants épousent l’aspect mat. La laine froide côtoie le jersey. De nouveaux archétypes viennent s’ajouter au vestiaire MRK. Vareuse, trench, coupe-vent. La garde-robe de jour et de soir. Faisant la part belle au mouvement, à l’énergie, au dynamisme, à la liberté. »

Les couleurs primaires rappellent le Sud, l’empreinte d’une première peinture. Photo DR

Voilà qui résume en rythme une collection dédiée à l’art de vivre sur cette Riviera française de tous les fantasmes, qui résume mieux que tout autre lieu l’esprit des vacances telles qu’on le rêve : léger, raffiné, bienveillant. La forte tendance du tailleur short est présente, mais aussi les petits ensembles en macramé, ici métallisé, une des techniques préférées de MRK toujours en dialogue avec la sensualité et la sensorialité des textures. La coupe des vestes, empruntée à celle des trench-coats avec leur soufflet dans le dos, se fait courte, joue les boléros. Également dans la liste des codes du couturier, les tirettes qui permettent à chacune d’inventer son style du jour, rallonger, raccourcir, rétrécir une robe qui devient polyforme, presque vivante de sa propre vie. Un bijou en strass vient souligner le milieu du cou, contrepoint délicat, presque invisible, qui définit à lui seul l’équilibre de la silhouette.

Les tissus brillants épousent l’aspect mat. Photo DR

Les transparences, le blanc surtout et les résilles, se piquent elles aussi d’une myriade de minuscules points lumineux qui rappellent les miroitements du Soleil sur la mer. De grandes robes bouffantes, ballons qui engloutissent le vent et le soupirent en grâce, rappellent les tenues des anges sur les fresques des églises. La collection, on l’aura compris, est puissamment visuelle, un effet accentué par l’option du ton sur ton. Mais aussi grâce aux fulgurances d’un tissu zébré ou des associations délicieuses, comme le prune et le vert. Un grand chapeau-cloche, parfaitement géométrique avec sa forme trapèze, vient ajouter une note d’humour, un parfum des années 60 et un rappel des origines du créateur avec une allusion au tarbouche, dignifiant l’attitude sans la durcir. Déjà, la glace fond. C’était le but.

La collection Rabih Kayrouz printemps-été 2023, annoncée en juillet de l’année dernière, est déjà dans les vestiaires. « Les couleurs primaires nous rappellent le Sud, l’empreinte d’une première peinture », indique le manifeste. On reconnaît chez Rabih Kayrouz ce sens de la joie, de la fraîcheur, du mouvement et de la fluidité qui a toujours prévalu dans...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut