Rechercher
Rechercher

Lifestyle - La carte du tendre

Du bord de la mer au bordel amer

Du bord de la mer au bordel amer

La côte nord de la baie de Jounié au début des années 1950. Photo coll. Georges Boustany, colorisation Youssef Berjaoui.

Faut-il aimer le Liban en dépit de tout, le connaître comme on reconnaît les moindres grains de beauté, les ridules, les boucles et les traits d’un être cher pour identifier au premier coup d’œil cette vue, un peu comme on identifie un cadavre, avec...
Faut-il aimer le Liban en dépit de tout, le connaître comme on reconnaît les moindres grains de beauté, les ridules, les boucles et les traits d’un être cher pour identifier au premier coup d’œil cette vue, un peu comme on identifie un cadavre, avec...
commentaires (8)

L'installation de l'ATCL à la pointe nord-ouest de la baie de Jounieh a été le début du changement radical et anarchique de Ras-El-Tayr jusqu'à Ras Tabarja. La plupart des constructions étaient non autorisées. On raconte que dans les années 20 des courses de chevaux sur la grève entre Maameltein et Sarba-Chir pouvaient se derouler sans rencontrer aucun obstacle. L'espace où ces courses de chevaux pouvaient se derouler, entre les habitations et la mer, a disparu à cause du prélèvement des galets et de sable de ce littoral au profit de l'agrandissement du port de Beyrouth.

Un Libanais

19 h 35, le 12 mars 2023

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • L'installation de l'ATCL à la pointe nord-ouest de la baie de Jounieh a été le début du changement radical et anarchique de Ras-El-Tayr jusqu'à Ras Tabarja. La plupart des constructions étaient non autorisées. On raconte que dans les années 20 des courses de chevaux sur la grève entre Maameltein et Sarba-Chir pouvaient se derouler sans rencontrer aucun obstacle. L'espace où ces courses de chevaux pouvaient se derouler, entre les habitations et la mer, a disparu à cause du prélèvement des galets et de sable de ce littoral au profit de l'agrandissement du port de Beyrouth.

    Un Libanais

    19 h 35, le 12 mars 2023

  • Les corses ont tout compris …

    Roger Xavier

    18 h 29, le 12 mars 2023

  • En fait ces reflexions sont valables pour beaucoup de sites dans le monde. Si on voit le littoral espagnol par exemple dans les années 1960, et les belles blages en Andalousie, beaucoup d'espagnols ont encore de la nostalgie pour Franco. Marbella était encore un beau petit village, Torremolinos était encore un village idyllique qui faisait parti de Malaga, L'explosion de tourisme de masse dans les 1960s et 1970s et le développement urbanistique anarchique fait qu'à Fuengirolas en Andalousie par exemple il faut chercher maintenant patrimoine historique comme un chateau médieval parmi les grands tours d'appartements touristiques. Le Liban a beaucoup en commun avec la Sierra de Mijas ... Des problèmes similaires comme déstruction du littoral par des urbanisations et des autoroutes.

    Stes David

    18 h 28, le 11 mars 2023

  • D'accord, : """Au moment où cette photo a été prise, vers le début des années 1950, le Liban tout entier comptait un peu plus d’un million d’habitants""". Soixante treize ans plus tard, la population du pays compte un peu plus que le double avec autant de réfugiés. (un peu plus de quatre millions, en somme) Il est notoire qu'on recense régulièrement les réfugiés et autres exilés au Liban mais jamais sa population "d'origine", de "souche", et la part de chaque communauté confessionnelle. Le Liban sera en majorité un pays de réfugiés, vue le départ de ses propres forces vives, et là, la mer sera tout aussi radieuse, dans un pays accueillant par tradition...

    NABIL

    16 h 43, le 11 mars 2023

  • D'accord, : """Au moment où cette photo a été prise, vers le début des années 1950, le Liban tout entier comptait un peu plus d’un million d’habitants""". Soixante treize ans plus tard, la population du pays compte un peu plus que le double avec autant de réfugiés. Il est notoire qu'on recense régulièrement les réfugiés et autres exilés au Liban mais jamais mais jamais sa population "d'origine", de "souche", et la part de chaque communauté confessionnelle. Le Liban sera en majorité un pays de réfugiés, vue le départ de ses propres forces vives, et là, la mer sera tout aussi radieuse, dans un pays accueillant par tradition...

    NABIL

    16 h 40, le 11 mars 2023

  • - D,UN ETAT ANARCHIQUE, OEUVRE DES ABRUTIS, - A COLOSSAL BORDEL FIER DE MADAME CLAUDE, - POUR NOS VOLEURS MAFIEUX, PAR LE PEUPLE EN SURSIS, - N,ETAIT QU,UN COURT PAS A LA LIBANAISE FRAUDE.

    LA LIBRE EXPRESSION

    14 h 47, le 11 mars 2023

  • "… il ne reste aujourd’hui que la cavité naturelle qui a échappé, par Dieu sait quel miracle, aux pioches assassines …" - Il y avait sur la droite, hors du champ de cette photo, une crique. Au fond de cette crique, il y avait une petite grotte moins connue, qui s’ouvrait au raz de l’eau, masquée derrière quelques rochers. On pouvait y entrer à la nage, ou dans un petit zodiaque en baissant bien la tête. A fond de la grotte, une petite plage de sable blanc où l’on pouvait s’échouer, et admirer les teintes insensées de bleu que prenait l’eau sous l’effet de la lumière réfractée du soleil. Tout ceci gît à présent sous les tonnes de béton de l’Aquamarina… Snif!

    Gros Gnon

    12 h 02, le 11 mars 2023

  • tout à fait

    Irene Souki

    08 h 00, le 11 mars 2023

Retour en haut