Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Irak

Manifestation devant la Banque centrale contre la dépréciation du dinar


Manifestation devant la Banque centrale contre la dépréciation du dinar

Plusieurs centaines d'Irakiens ont manifesté le 25 janvier 20212, devant la Banque centrale à Bagdad contre la chute du dinar face au dollar. AHMAD AL-RUBAYE / AFP

Plusieurs centaines d'Irakiens ont manifesté mercredi devant la Banque centrale à Bagdad contre la chute du dinar face au dollar, une baisse qui accentue la perte de leur pouvoir d'achat, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Le taux de change officiel est fixé par le gouvernement et reste inchangé à un dollar pour 1.470 dinars. Mais chez les changeurs, depuis la mi-novembre, le dinar a connu de fortes fluctuations face au billet vert, monnaie de référence dans ce pays pétrolier.

Mercredi, un dollar se négociait sur le marché à 1.600 dinars, contre 1.470 dinars il y a deux mois. Une chute de 10% qui alimente la colère d'Irakiens dont le pouvoir d'achat a brutalement baissé.

En plein dans cette dégringolade, le gouverneur de la Banque centrale Moustafa Ghaleb Mukhif a été congédié lundi "à sa demande" par le Premier ministre Mohamed Chia al-Soudani,

Un départ que les centaines d'Irakiens qui ont battu le pavé mercredi devant la Banque centrale jugent plus symbolique qu'autre chose.

"Les classes les plus pauvres sont touchées. Nous avons atteint un point où il est difficile de continuer à vivre", a déclaré à l'AFP un manifestant, Raëd Abdelqader.

Selon un responsable du ministère de l'Intérieur qui a souhaité conserver l'anonymat, la manifestation a rassemblé "environ 400" personnes.

Certains brandissaient des drapeaux irakiens, d'autres scandaient: "faites baisser le dollar!".

Des analystes et responsables interrogés par l'AFP attribuent la baisse du dinar à la mise en conformité du système bancaire irakien avec la réglementation internationale sur les transferts de fonds du mécanisme SWIFT.

Pour avoir accès aux dollars irakiens stockés aux Etats-Unis, les banques irakiennes doivent désormais effectuer leurs virements sur une plateforme électronique et vérifier les demandes de virement, selon l'entourage du Premier ministre.

Ensuite, la Banque centrale américaine les examine et si elle a des doutes, elle bloque le virement.

Or, depuis la mise en place de ce mécanisme, la Fed a rejeté "80% des demandes" de virements des banques irakiennes, car elle avait des soupçons sur les destinataires finaux des sommes à transférer, selon la même source.

Le dollar s'étant raréfié sur le marché irakien, sa valeur a augmenté et fait chuter celle du dinar.

L'idée derrière le mécanisme de transfert de fonds SWIFT est de lutter contre le blanchiment d'argent et de faire respecter les sanctions internationales, comme celles en vigueur contre l'Iran et la Russie. 


Plusieurs centaines d'Irakiens ont manifesté mercredi devant la Banque centrale à Bagdad contre la chute du dinar face au dollar, une baisse qui accentue la perte de leur pouvoir d'achat, ont constaté des journalistes de l'AFP.Le taux de change officiel est fixé par le gouvernement et reste inchangé à un dollar pour 1.470 dinars. Mais chez les changeurs, depuis la mi-novembre, le dinar a...