Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Conflit

A Gaza, cri d'alarme à l'hôpital al-Chifa


A Gaza, cri d'alarme à l'hôpital al-Chifa

Des enfants palestiniens blessés par des bombardements israéliens, traités dans l'hôpital Al-Chifa à Gaza, le 6 août 2022. Photo Mahmud HAMS / AFP

"La situation est très mauvaise"! Le directeur de l'hôpital al-Chifa à Gaza a lancé un cri d'alarme dimanche affirmant que son établissement avait besoin d'urgence de médicaments et d'électricité pour continuer à soigner les Palestiniens blessés dans les frappes israéliennes.

Des blessés arrivent "chaque minute" à l'hôpital al-Chifa, affirme Mohammed Abou Salmiya, le directeur de l'un des plus importants établissements de la ville de Gaza. "Il y a un manque de médecins, une crise des médicaments, une crise de l'électricité", a-t-il lancé.

Depuis le début vendredi des raids israéliens visant le groupe armé Jihad islamique, implanté dans l'enclave palestinienne de Gaza, 31 Palestiniens dont six enfants et des combattants, ont péri dans les raids israéliens et 275 ont été blessés.

Les frappes ont continué dimanche sur la bande de Gaza alors que le Jihad islamique a poursuivi ses tirs de roquettes en direction d'Israël dont la quasi-totalité a été interceptée par le système antidéfense israélien. L'unique centrale électrique de Gaza a été fermée samedi en raison d'un manque de carburant, quatre jours après qu'Israël a fermé ses points de passage avec le territoire palestinien en invoquant des raisons de sécurité.

"La situation est très mauvaise", a déclaré Mohammed Abou Salmiya. "Nous avons besoin de toute urgence d'ouvrir les frontières pour faire entrer des médicaments, (du carburant pour) l'électricité".

Le diesel destiné à la centrale électrique est généralement acheminé par camion depuis l'Egypte ou Israël qui maintient la bande de Gaza sous blocus depuis plus de 15 ans.

Le Jihad islamique et l'autre mouvement islamiste palestinien, le Hamas qui contrôle Gaza, sont considérés comme des "groupes terroristes" par Israël.

Le manque d'approvisionnement en électricité entraînera "l'arrêt des services de santé" mardi après-midi, car les générateurs électriques sont à court de carburant, a prévenu le ministère de la Santé du Hamas à Gaza. Les salles d'opération et les ventilateurs ont besoin d'électricité pour continuer à fonctionner. La pénurie de carburants risque également d'affecter le mouvement des ambulances, a averti l'agence de coordination humanitaire de l'ONU, OCHA. Les quelque 2,3 millions d'habitants de l'enclave palestinienne subissent régulièrement des pénuries d'électricité et le mois dernier, ils n'ont reçu que 11 heures d'électricité par jour en moyenne, selon l'OCHA.

Sans une reprise de l'approvisionnement en électricité, Gaza verra bientôt "la réduction de l'approvisionnement en eau à partir des puits et des usines de désalinisation".

Les coupures d'électricité "affectent tous les domaines de la vie dans la bande de Gaza", a déclaré à l'AFP Ahad Ferwana, un habitant de Gaza. "Cela perturbe la vie des gens, surtout en cette période de forte chaleur. Cela oblige les gens à quitter leurs maisons, ce qui met leur vie en danger à cause de la poursuite des bombardements" israéliens, a-t-il ajouté. 


"La situation est très mauvaise"! Le directeur de l'hôpital al-Chifa à Gaza a lancé un cri d'alarme dimanche affirmant que son établissement avait besoin d'urgence de médicaments et d'électricité pour continuer à soigner les Palestiniens blessés dans les frappes israéliennes. Des blessés arrivent "chaque minute" à l'hôpital al-Chifa, affirme Mohammed Abou Salmiya, le directeur de...