Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Iran

RSF demande à l'ONU d'enquêter sur la mort de l'écrivain Baktash Abtin

RSF demande à l'ONU d'enquêter sur la mort de l'écrivain Baktash Abtin

Baktash Abtin, écrivain, journaliste et dissident iranien, dans un lit d'hôpital. Photo tirée de la page Twitter de Reporters sans frontières

L'ONG Reporters sans frontières (RSF) a appelé samedi l'ONU à enquêter sur les circonstances du décès de Baktash Abtin, écrivain, journaliste et dissident iranien, mort en prison le 8 janvier des suites du Covid-19 et, d'après l'ONG, d'un manque de soins.

Baktash Abtin, 47 ans, est mort "dans la prison d'Evin à Téhéran, après avoir été tardivement pris en charge par les autorités iraniennes, alors même que les autorités pénitentiaires avaient été alertées de la dégradation de son état de santé", écrit RSF sur son site. RSF "appelle les rapporteurs de l'ONU sur la situation des droits de l'homme en Iran (...) à faire toute la lumière sur les circonstances de la mort de Baktash Abtin. Il faut mettre un terme à ces comportements criminels qui relèvent de l'assassinat d'Etat".

Pour Reza Moini, responsable du bureau Iran-Afghanistan de RSF, "la privation de soin est une méthode délibérément utilisée par les autorités iraniennes pour éliminer les dissidents en prison". Il s'agit d'une pratique allant "à l'encontre des lois que les autorités iraniennes se sont elles-mêmes engagées à respecter", parmi lesquelles "la Déclaration universelle des droits de l'Homme et le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, dont l'Iran est signataire", dénonce l'ONG.

L'association de défense de la liberté de la presse et des journalistes se dit également préoccupée par le sort de Kayvan Samimi Behbahani, 73 ans, co-détenu de Baktash Abin et l'un des plus vieux journalistes emprisonnés au monde. Et ce malgré une attestation médicale "affirmant que son état de santé est incompatible avec la prison", est-il précisé. RSF craint que sa situation n'empire après qu'il a publié "une lettre dans laquelle il accuse les responsables de la justice iranienne d'être responsables de la mort" de Baktash Abtin. Il pourrait "être transféré dans une autre prison, mettant sa vie en danger", affirme l'association. "Ce n'est pas la première fois qu'un journaliste iranien décède en prison", souligne-t-elle, rappelant les morts de quatre journalistes entre 2003 et 2012.

La république islamique d'Iran figure à la 174e place sur 180 au classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF en 2021.


L'ONG Reporters sans frontières (RSF) a appelé samedi l'ONU à enquêter sur les circonstances du décès de Baktash Abtin, écrivain, journaliste et dissident iranien, mort en prison le 8 janvier des suites du Covid-19 et, d'après l'ONG, d'un manque de soins.
Baktash Abtin, 47 ans, est mort "dans la prison d'Evin à Téhéran, après avoir été tardivement pris en charge par les autorités...