Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Irak

Le chef chiite Sadr lève son boycott et participera aux législatives

Le chef chiite Sadr lève son boycott et participera aux législatives

Le chef chiite irakien Moqtada Sadr. Photo d'archives Haidar Hamdani / AFP

Le puissant leader chiite irakien Moqtada Sadr est revenu vendredi sur sa décision de boycotter les élections législatives anticipées et a annoncé que son courant prendrait part au scrutin du 10 octobre "pour mettre fin à la corruption".

"Participer au projet électoral est désormais acceptable", a déclaré Moqtada Sadr, faiseur de roi à l'influence décisive en Irak, lors d'une allocution télévisée, un mois et demi après avoir annoncé son boycott. Flanqué de plusieurs dizaines de responsables du courant qui porte son nom, il a dit avoir reçu des gages de "certains dirigeants" politiques pour "réformer" le pays englué dans une crise économique et sociale et "mettre fin à la corruption", fléau qui gangrène toutes les strates de la société irakienne.

Le 15 juillet, Moqtada Sadr avait annoncé de façon sibylline ne pas participer au scrutin, estimant que "la nation valait mieux que cela". Son courant sadriste, grand vainqueur des précédentes législatives en mai 2018, dispose du plus important bloc parlementaire avec 54 députés sur 329. Et les sadristes sont présents dans tous les rouages de l'Etat.

Les législatives anticipées sont une des promesses émises par le Premier ministre, Moustafa al-Kazimi. Nommé en mai 2020 dans la foulée du soulèvement populaire anti-pouvoir d'octobre 2019, M. Kazimi a été désigné pour sortir le pays du marasme politique et économique et en finir avec la corruption.

Ex-chef de milice ayant combattu dans les années 2000 les troupes américaines, Moqtada Sadr se présente, lui, comme le pourfendeur des politiciens véreux et de la gabegie et comme le grand promoteur de la justice sociale. Portant un turban noire, Moqtada Sadr, 47 ans, est un "sayyid", c'est-à-dire un descendant du prophète de l'islam Mahomet. Au plan politique, son influence est décisive en Irak, pays chiite à 60%. Il s'affiche comme un farouche nationaliste anti-américain, tout en s'opposant à l'influence grandissante des puissantes factions irakiennes chiites fidèles à l'Iran, grand voisin de l'Irak.

Mais le chef chiite avait semblé sous pression ces dernières semaines. Il est quotidiennement ciblé sur les réseaux sociaux par des groupes ou individus de la mouvance pro-iranienne, qui le rendent responsables de la pénurie d'électricité dans le pays où des incendies dans les hôpitaux, dont le dernier en date a fait plus de 60 morts à Nassiriya (Sud) en juillet.


Le puissant leader chiite irakien Moqtada Sadr est revenu vendredi sur sa décision de boycotter les élections législatives anticipées et a annoncé que son courant prendrait part au scrutin du 10 octobre "pour mettre fin à la corruption"."Participer au projet électoral est désormais acceptable", a déclaré Moqtada Sadr, faiseur de roi à l'influence décisive en Irak, lors d'une...