X

Dernières Infos

Turquie: prison à vie requise contre le mécène Osman Kavala

AFP
20/02/2019

Un procureur turc a requis mercredi la prison à perpétuité contre l'homme d'affaires et mécène Osman Kavala, figure majeure de la société civile, l'accusant de "tentative de renversement du gouvernement" pour son soutien à des manifestations anti-Erdogan.

L'acte d'accusation le visant a été envoyé à un tribunal qui doit encore l'accepter avant de fixer une date de procès. Outre M. Kavala, 15 autres personnes sont visées par le procureur, qui réclame la même peine pour tous, a rapporté l'agence de presse étatique Anadolu.

D'après l'agence, d'autres personnalités connues, comme le journaliste Can Dündar, réfugié en Allemagne, et l'acteur Mehmet Ali Alabora, figurent parmi les personnes visées par l'acte d'accusation finalisé mercredi.

Détenu depuis plus d'un an dans la prison de Silivri, près d'Istanbul, M. Kavala est accusé par le président Recep Tayyip Erdogan d'avoir financé des manifestations antigouvernementales en 2013, connues sous le nom de "mouvement de Gezi".

M. Kavala, un mécène respecté dans les cercles intellectuels en Turquie et à l'étranger, notamment en France, a été interpellé le 18 octobre 2017 puis placé en détention provisoire le 1er novembre suivant.

Son incarcération est régulièrement dénoncée par des responsables européens et des défenseurs des droits de l'homme.

En octobre dernier, dans un message écrit en prison et lu par ses avocats, M. Kavala disait n'avoir "rien à voir" avec les accusations pesant contre lui. "Je veux retrouver ma liberté, ma famille et mes amis le plus vite possible", écrivait-il.

M. Kavala est régulièrement pris pour cible par la presse proche du pouvoir turc qui l'accuse pêle-mêle d'être lié à une tentative de coup d'Etat en juillet 2016 et à un retentissant scandale de corruption visant l'entourage de M. Erdogan en décembre 2013.

"Soros rouge"

Né à Paris en 1957, il est le co-fondateur de l'une des plus grandes maisons d'édition turques, Iletisim Yayinlari, et préside une ONG, Culture Anatolie, qui œuvre à surmonter les différences au sein de la société turque à travers la culture et les arts.

M. Kavala, qui milite pour la reconnaissance du génocide arménien, est régulièrement qualifié de "Soros Rouge" par la presse progouvernementale, en référence au milliardaire et philanthrope américain d'origine hongroise George Soros.

En novembre, le président Erdogan avait violemment critiqué M. Kavala, l'accusant d'être à la solde du "célèbre juif hongrois Soros". L'Open Society Foundation de George Soros a mis fin à ses activités en Turquie après ces déclarations.

Les manifestations de Gezi ont débuté en mai 2013 avec l'opposition d'un petit noyau de militants écologistes à un projet d'aménagement à Istanbul avant de se transformer en mouvement de contestation plus global contre M. Erdogan, qui était alors Premier ministre.

Les manifestations ont été réprimées et des poursuites engagées. M. Erdogan martèle sans cesse que le mouvement de Gezi était une préfiguration de la tentative de putsch du 15 au 16 juillet 2016.

La répression contre les sympathisants de Gezi a connu un regain d'intensité à l'automne 2018, soit plus de cinq ans après les manifestations, avec l'arrestation de plusieurs universitaires et figures de la société civile proches de M. Kavala.

La Turquie est régulièrement pointée du doigt par les organisations de défense des droits humains qui s'inquiètent de la dégradation de l'état de droit ces dernières années.

Depuis le mouvement de Gezi, la plupart des manifestations sont interdites dans le centre d'Istanbul. La très touristique place Taksim, lieu emblématique des manifestations de 2013, est régulièrement bouclée par des barrières de sécurité et des blindés de la police.

L'arrestation de M. Kavala s'inscrit en outre dans un contexte de purges massives depuis le putsch manqué de 2016, imputé par Ankara au prédicateur Fethullah Gülen qui réside aux Etats-Unis. Ce dernier a formellement démenti toute implication.

Depuis le coup de force, plus de 55.000 personnes ont été arrêtées et plus de 140.000 limogées ou suspendues.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

L’ennemi n° 1 (des Libanais)

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants