Dernières Infos

Burkina: "une dizaine de terroristes neutralisés" lors de l'intervention française

AFP
05/10/2018

"Une dizaine de terroristes" ont été "neutralisés" mercredi lors de l'intervention aérienne française dans le nord du Burkina Faso après l'attaque d'une gendarmerie qui a coûté la vie à un gendarme, a annoncé vendredi l'état-major burkinabè dans un communiqué.

"Dans la nuit du 3 au 4 octobre, le poste de gendarmerie d'Inata dans le Soum (nord) a été attaqué par des individus lourdement armés. La prompte réaction des gendarmes, et l'appui aérien dépêché immédiatement sur les lieux par la Force Barkhane ont permis de neutraliser une dizaine de terroristes et de détruire dix motos", selon le texte du communiqué.

"Le bilan côté Forces Armées est d'un gendarme décédé et un blessé", poursuit l'état-major qui redonne également un bilan de six soldats tués jeudi lors de l'explosion d'un engin artisanal (IED) au passage d'un camion militaire dans l'est du Burkina.

L'état-major "salue la mémoire des soldats tombés sur le champ d'honneur (...). Tout en réaffirmant le ferme engagement des Forces Armées Nationales à poursuivre avec la même détermination la lutte contre le terrorisme, il exhorte le peuple burkinabè à faire corps avec son armée afin de vaincre les forces du mal".

L'état-major français avait annoncé jeudi être intervenu avec un drone Reaper ainsi que deux Mirage 2000 et un avion ravitailleur C135, venus de Niamey (Niger). Il avait expliqué "qu'une colonne de plusieurs motos quittant la zone en direction du nord a été détectée par le drone Reaper " et qu'une "frappe aérienne a été réalisée dans la nuit par les deux Mirage 2000".

Le Burkina Faso, frontalier du Mali et du Niger, est le théâtre d'attaques jihadistes régulières depuis le premier trimestre 2015.

Le Nord et l'Est sont particulièrement touchés et Ouagadougou, la capitale, a été frappée à trois reprises.

Selon un bilan officiel établi mi-septembre, les attaques islamistes ont fait 118 morts: 70 civils et 48 membres des services de sécurité.

Samedi, l'opposition avait organisé une manifestation à Ouagadougou pour protester notamment contre l'incapacité du gouvernement à enrayer les attaques qui se multiplient.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué