À La Une

En Syrie, Maaloula devient "un village fantôme"

Le village chrétien de Maaloula en Syrie. Photo d'archives/AFP

Révolte La localité chrétienne aux mains des rebelles et des jihadistes d'al-Nosra.
OLJ/AFP
08/09/2013

Des rebelles dont des jihadistes liés à el-Qaëda ont pris dimanche le contrôle du village chrétien de Maaloula au nord de Damas, après de violents combats avec l'armée, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Les combats nocturnes ont fait 17 morts et plus de 100 blessés parmi les rebelles et des dizaines de morts et de blessés dans les rangs des forces gouvernementales et leurs supplétifs, selon l'ONG qui s'appuie sur un large réseau de militants et de médecins à travers le pays en guerre.

"Les rebelles ont envoyé des renforts à Maaloula et ont pu prendre le contrôle de tout le village après de violents combats dans la nuit. Les soldats se sont repliés aux confins de la localité", a déclaré à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane. Selon lui, les rebelles sont constitués notamment de combattants du groupe sunnite extrémiste du Front Al-Nosra qui s'est rallié aux rebelles voulant renverser le régime syrien et a revendiqué de nombreux attentats suicide et à la voiture piégée en Syrie.


La prise de Maaloula permet aux rebelles de resserrer l'étau autour de Damas et de menacer la route principale reliant la capitale à Homs, plus au nord, voie stratégique pour le ravitaillement des troupes du régime. Les rebelles sont en effet présents déjà au sud, à l'est et à l'ouest de Damas et la prise de Maaloula renforce leur présence au nord de la ville.


Selon un chef rebelle, un lieutenant de l'armée qui a fait défection et qui commande un groupe de combattants près du village, l'armée régulière se trouve toujours à l'une des entrées de Maaloula, là où les combats ont commencé mercredi. "Il y a eu très peu d'activités militaires" dimanche, a déclaré à l'AFP Ouraba Idriss, joint par téléphone par l'AFP. "Les civils ont commencé à fuir la ville dès mercredi", a-t-il précisé. 

 



 

Des habitants, joints aussi par téléphone, ont confirmé le retrait de l'armée à Maaloula, l'une des plus célèbres localités chrétiennes de Syrie dont les habitants parlent l'araméen, la langue de Jésus-Christ.
"Les rebelles sont dans tout Maaloula. Les troupes du gouvernement s'en sont retirées", a ainsi déclaré une habitante sous couvert de l'anonymat.
"Tout le monde a pris peur et il n'y plus grand-monde à Maaloula. Je suis resté avec mon frère ", a affirmé Georges, 73 ans, un autre habitant dont la femme et les deux filles, mariées, sont parties vendredi pour Damas.
Selon lui, la situation est relativement calme. "Toutes les demi-heures, on entend le tir d'un canon ou de mitrailleuses".


Une religieuse du couvent de Mar Takla a indiqué que "les sœurs et les enfants orphelins allaient bien". Selon elle, "presque tous les habitants sont partis pour Damas. Les maisons sont vides et c'est devenu comme un village fantôme".
Maaloula, village de 5.000 âmes situé à 55 km au nord de Damas, doit sa renommée à ses refuges troglodytiques datant des premiers siècles du christianisme. La majorité de ses habitants chrétiens sont grecs-catholiques.

 

(Lire aussi : "Dieu, protège la Syrie" : les chrétiens de Damas prient à l'appel du pape)


Les combats avaient commencé mercredi par une attaque suicide attribuée au Front al-Nosra contre une position de l'armée à l'une des entrées de Maaloula.
Selon la Coalition nationale de l'opposition syrienne, les rebelles se sont retirés de Maaloula dans la nuit de jeudi à vendredi dans le but de préserver l'héritage religieux et archéologique de la cité. Mais les combats avaient repris samedi et la télévision d'Etat avait même affirmé que l'armée avait "nettoyé" Maaloula des insurgés.


La prise de la ville par les rebelles intervient quelques jours avant la fête de l'Exaltation de la Croix, célébrée chaque année le 14 septembre. Le village abrite aussi le monastère grec orthodoxe de Mar Takla, construit autour de la grotte et du tombeau de Sainte-Thècle fêtée, elle, le 24 septembre.


Lire aussi
Hollande : Le Liban doit être tenu absolument à l'écart de la crise syrienne

Pour mémoire

Les chrétiens d’Orient main dans la main contre une intervention en Syrie

 

L’islam et le printemps, le commentaire de Michel Rocard

 

Voir aussi notre dossier

Repères : vers une intervention militaire étrangère en Syrie
Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sabbagha Antoine

Les chrétiens et toujours les chrétiens de Damas et de la Syrie payent le plus grand tribu en pertes humaines et valeurs spirituelles . Triste .




Antoine Sabbagha

Jaber Kamel

Je félicite les obtus obstinés , primitifs et superficiels dans leur jugement à croire que al nosra va changer les choses pour les chrétiens de Syrie , et pas que pour eux , ou plutôt si , il va changer beaucoup de choses , la liberté d'expression , l'égalité des femmes etc.. tous ces slogans vantés par l'occident décadent sont la spécialité de ces groupes takfiristes , vous allez voir !

GEDEON Christian

Et voilà...le régime syrien a abandonné Maaloula à son sort. Et les nosra sont là...en feront ils un merveilleux instrument de propagande en s'abstenant de massacrer la population? ou en feront ils un Oradour? personne ne le sait pour le moment. Quoiqu'il en soit ,il semble bien que le crépuscule des dieux est proche...les islamistes ont gagné à un endroit que tout le monde pensait imprenable.Et en une journée. Une seule. Pauvres chrétiens. Pauvre Syrie.

Michele Aoun

Pourquoi les soldats du regime ne sont pas restes dans Maaloula? Se sont-ils RETIRES ou la ville a ete prise d'assaut par les rebelles???? Ou est le Hezbollah pour proteger la ville?

Jaber Kamel

Je reviens sur cet article parce qu'il semblerait qu'il n'émeut nullement les chrétiens moyen orientaux, pas de réactions chez nous, en eurodécadente non plus , cette ville fantôme veut dire exode , exile aller, sans retour bande d'obtus , obstinés à vouloir se laisser berner par les promesses des us décadents à la recherche d'un gloire en perte de vitesse . On se demande où est l'armée légitime , où est le hezb résistant , mais en fait c'est aux russes d'intervenir , ils ont un prêtexte ce village est orthodoxe , alors , on s'en fout ???? misérables !

SAKR LOUBNAN

C'EST LE RÉSULTAT DES IRRESPONSABILITÉS LANCÉES, À TOUR DE RÔLE, PAR LES ECCLÉSIASTIQUES, ET QUI FIT SAISIR À CERTAINS L'OCCASION D'EN PROFITER !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

AH BON !

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de...

Rencontre du 2e type

Médéa AZOURI

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon OLJ, vous devez au préalable vous identifier.