Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Diplomatie

Les Premiers ministres français et tunisien désireux de dépasser « les aléas »


Les Premiers ministres français et tunisien désireux de dépasser « les aléas »

Le Premier ministre français Gabriel Attal lors d'une séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale française à Paris, le 27 février 2024. Photo STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Le Premier ministre français Gabriel Attal a souhaité jeudi, en recevant à déjeuner son homologue tunisien Ahmed Achani, que la relation « singulière » entre la France et la Tunisie « dépasse tous les aléas ».

Le chef du gouvernement tunisien a pour sa part salué un « nouvel élan », « un envol » de la relation bilatérale. Cette rencontre est « l'occasion unique (...) pour qu'on lève toutes les difficultés qu'il a pu y avoir dans le passé », a souligné M. Achani.

Les deux responsables se sont entretenus en tête-à-tête puis ont échangé en format élargi sur l'économie, l'éducation, la culture et les crises régionales, ont précisé les services du Premier ministre français.

« Nous sommes là pour montrer combien notre relation singulière dépasse tous les aléas. Elle dépasse même les hommes. Elle dépasse le temps court. Elle s'inscrit dans la durée », a déclaré devant la presse Gabriel Attal, désireux « d'approfondir (le) dialogue politique dans un esprit de partenariat d'égal à égal ».

Le chef du gouvernement français, qui a des origines tunisiennes par son père, a indiqué qu'il allait « remobiliser le dispositif français de garantie export qu'est Export France pour faciliter l'exportation de céréales françaises vers la Tunisie ».

Sur le plan européen, il a souhaité que le partenariat migratoire signé en juillet entre l'Union européenne et la Tunisie soit mis en oeuvre dans un esprit « d'égal à égal ». La Tunisie est, avec la Libye, le principal point de départ pour des milliers de migrants qui traversent la Méditerranée centrale vers l'Europe, et arrivent en Italie.

Or ce « mémorandum d'entente » UE-Tunisie est critiqué par la gauche et les Verts, qui dénoncent l'autoritarisme du président tunisien Kais Saied et les abus dont sont victimes les migrants subsahariens dans ce pays. A droite et à l'extrême droite, des eurodéputés jugent en revanche sa mise en oeuvre insuffisante.

« On s'est dit de concert qu'on forme une sorte de duo à même d'impulser les relations entre nos deux pays », a souligné pour sa part le Premier ministre tunisien.

« Il y a eu une sorte de petit refroidissement » et « c'est en hiver qu'on l'attrape » mais « j'ai comme l'impression que c'est le printemps », a noté Ahmed Achani, en dénonçant « certaines parties malfaisantes » qui veulent, selon lui, « enrayer la machine » franco-tunisienne qui « s'est remise en marche ».

Le chef de la diplomatie française, Stéphane Séjourné, qui participait à cette rencontre, s'est aussi rendu à Rabat lundi pour relancer la relation bilatérale avec le Maroc après une période de froid.

Le Premier ministre français Gabriel Attal a souhaité jeudi, en recevant à déjeuner son homologue tunisien Ahmed Achani, que la relation « singulière » entre la France et la Tunisie « dépasse tous les aléas ».Le chef du gouvernement tunisien a pour sa part salué un « nouvel élan », « un envol » de la relation bilatérale. Cette rencontre est « l'occasion unique (...) pour qu'on...