Rechercher
Rechercher

Agenda - France / Célébration

Antoinette Chahine invitée de Macron pour les 40 ans de l’abolition de la peine de mort

Antoinette Chahine invitée de Macron pour les 40 ans de l’abolition de la peine de mort

Antoinette Chahine au Panthéon avec le président Emmanuel Macron. Photo A.C.

À l’occasion du quarantième anniversaire de l’abolition de la peine de mort en France, Antoinette Chahine, ancienne condamnée libanaise à la peine capitale, s’est rendue à Paris à l’invitation de l’association « Ensemble contre la peine de mort » (ECPM). Mme Chahine avait été arrêtée à 23 ans au Liban, le 21 mars 1994, après l’attentat contre l’église Notre-Dame de la Délivrance à Zouk. Condamnée à mort trois ans plus tard, dans une volonté du pouvoir politique alors proche du régime syrien de lui faire endosser la responsabilité de l’attentat et d’atteindre par la même occasion le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, elle a été innocentée le 24 juin 1999 après cinq ans et demi de détention.


L’ancienne condamnée à mort libanaise, aujourd’hui militante, aux côtés de l’ancien ministre Robert Badinter. Photo A.C.

Militante abolitionniste depuis, Antoinette Chahine a été l’invitée du président Emmanuel Macron, le 10 octobre, à la cérémonie au Panthéon en présence de l’ancien garde des Sceaux Robert Badinter, promoteur de l’abolition de la peine de mort en 1981, du Premier ministre Jean Castex, de l’actuel garde des Sceaux et ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, et de nombreux parlementaires, ministres et hommes d’État. Mme Chahine s’était auparavant rendue à Caen, au Forum mondial de Normandie pour la paix, à l’invitation du président de la région Normandie, Hervé Morin. « Ce forum m’a permis de multiplier les échanges avec la jeunesse, à travers des conférences et des tables rondes », a souligné l’ancienne condamnée à mort. L’occasion pour elle de transmettre son message de paix pour le Liban. « Je continuerai de militer avec ECPM pour que mon pays, celui de Charles Malek, abolisse la peine de mort et adopte à l’avenir une culture de paix », insiste-t-elle, rappelant que « le pays du Cèdre est aujourd’hui malade, nous devons le guérir ». L’ancienne détenue au ministère de la Défense, à la prison des femmes de Baabda et à celle de Jounieh s’est également rendue à la maison d’arrêt de Villepinte (Seine-Saint-Denis) où elle a rencontré des mineurs détenus. Une visite qu’elle a menée en compagnie de Marie Pelenc, militante d’Amnesty International-Cadenet, qui lui écrivait régulièrement des lettres lorsqu’elle était incarcérée, histoire de briser sa solitude. « C’était la première fois que je visitais une prison après ma détention, dit-elle avec émotion. Mais il était tellement important pour moi de redonner de l’espoir aux jeunes détenus. »


À l’occasion du quarantième anniversaire de l’abolition de la peine de mort en France, Antoinette Chahine, ancienne condamnée libanaise à la peine capitale, s’est rendue à Paris à l’invitation de l’association « Ensemble contre la peine de mort » (ECPM). Mme Chahine avait été arrêtée à 23 ans au Liban, le 21 mars 1994, après l’attentat contre l’église...