Mardi 16 Septembre 2014

Dans l'air

Faire pleurer les arbres !

Objets et histoire
04/04/2014

Lors d'un dîner en ville, j'ai eu l'occasion de goûter à un apéritif délicieux : une limonade bien de chez nous, agrémentée de quelques gouttes de Skinos.
« Skinos, un mastihato ou une boisson alcoolisée à base de mastiha », me dit-on...
Direction Chios, en Grèce. Le seul endroit au monde où le tronc et les branches du lentisque « pleurent » : le lentisque est un arbre de la famille des térébinthacées; genre pistachier qu'on appelle « arbre à mastic ». Il s'agit d'un arbuste à feuilles persistantes de 2 ou 3 mètres de hauteur à développement très rapide, qui commence à produire du mastic dans sa cinquième année et a une durée de vie de 100 ans.
Pour extraire le mastic aromatique, on incise à différents endroit le tronc et de ces plaies coule la résine jaunâtre. Les gouttes au contact de l'air se solidifient en prenant une forme cristalline. Le processus d'incision des lentisques s'appelle « Kenthma » (Kentima), qui en grec peut se traduire par « broderie, piqûre »...
La légende raconte que les lentisques se sont mis à pleurer en voyant le martyre atroce de saint Isidore torturé pour sa croyance du christianisme. Par la suite, les larmes sèchent et coagulent pour donner l'odorant mastic. Afin de sauvegarder l'image traditionnelle du produit, la récolte se fait toujours à l'ancienne : les agriculteurs piquent les arbres pendant l'été, puis la résine sèche sur les troncs et les branches ou même par terre pour être collectée à la mi-septembre. Elle est nettoyée à la main, pièce par pièce dans sa forme naturelle avec toutes ses propriétés miraculeuses. Le mastiha de Chios bénéficie depuis 1997 du label Appellation d'origine contrôlée.
Durant l'Antiquité, les médecins hellènes comme Hippocrate et autres praticiens découvrirent les vertus thérapeutiques de la résine végétale essentiellement pour soigner le mal de ventre. Les historiens Hérodote et Pline ont laissé de nombreux écrits sur l'utilisation du mastic dans l'ancienne Carthage, en Égypte et en Arabie. À l'époque de l'Empire romain, l'empereur Iliogavalos Ier mélangeait l'essence de mastic à du vin et lui donnait le nom de « vin de mastic » (masticatum). Les femmes de Rome puis de Constantinople utilisaient du bois de lentisque comme cure-dent, comme blanchisseur, habitude qui a perduré jusqu'au Moyen Âge en France, Angleterre, Hollande et Espagne. À l'époque byzantine, le mastic faisait partie des rares produits de luxe exportables de Constantinople, il a rapporté aux caisses impériales du gouverneur de l'île 120 000 pièces d'or.
Chios passa sous la domination ottomane en 1566. Son intérêt économique, principalement lié au mastic, lui permit de jouir d'une relative liberté et les « villages du mastic », autogérés, vécurent une période euphorique. L'île disposait d'une école et d'un hôpital dont les services étaient gratuits. Un dicton grec d'alors disait que l'on avait autant de chances de rencontrer un Chiote soucieux qu'un cheval vert. La beauté des femmes de l'île était elle aussi devenue proverbiale, au point que les visiteurs occidentaux s'en faisaient régulièrement l'écho. Chios exportait une cinquantaine de tonnes de mastic par an. Le revenu des taxes sur ce produit était l'apanage de la sœur du sultan. Une devinette de l'époque de la domination ottomane circulait alors : « Ils me nettoient, je deviens beau, ils me peignent, je verse des larmes, et moi le malheureux je remplis leurs portefeuilles d'argent. Qui suis-je ? »
Le mastic de première qualité était envoyé obligatoirement à Constantinople, dont les principaux bénéficiaires étaient les 300 femmes du harem du sultan qui le mâchaient pour entretenir une haleine fraîche... L'ancêtre du chewing-gum !

Sources principales :
alambic-magazine.com
sakiz.gr
mastic-carrosserie.eu

Retour à la page "Dans l'air"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage

Le gouvernement cherche à réorienter l’aide internationale...

Scarlett HADDAD

Le point

Obama, à qui perd gagne

Christian Merville

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon OLJ, vous devez au préalable vous identifier.