À PROPOS - LEBANONS AUX USA

À PROPOS DE FADI BOUKARAM

 

Né et élevé à Beyrouth, Fadi n'a jamais voulu être photographe. Grandissant durant la guerre civile, il considérait que les photos étaient souvent, et sont toujours, le seul souvenir de nombreuses personnes qui n'existent plus. Chaque photo de ces personnes devenues involontairement mythiques, cachait des histoires fantastiques que seuls les adultes avaient vécues et racontaient : C'était magique.
Mais cette magie s'est dissipée avec l'âge. Et une éducation strictement scientifique, des diplômes d'études supérieures en génie et en affaires, et une carrière en entreprise ont fini d'effacer ce qu'il en restait.
Ce n'est qu'en atteignant la trentaine que Fadi a réalisé combien il avait besoin de la photographie, aussi bien outil thérapeutique que moyen de découvrir de l'étrange dans le banal. Il ose alors finalement mettre sa carrière professionnelle en mode pour se lancer dans un road trip sur la piste des « Lebanons » des États-Unis. Un projet qu'il murissait, dans un coin de sa tête, depuis près d'une décennie.

 

 

À PROPOS DES "LIBANS" AUX USA

 

Invités par le président Camille Chamoun pour une visite culturelle de 15 jours, sept maires venus de villes américaines baptisées « Lebanon » arrivèrent à Beyrouth en mars 1955. Ces maires venaient des « Lebanon » situés dans les Etats de l'Indiana, du Nebraska, du New Hampshire, du Missouri, de l'Ohio, de l'Oregon et du Tennessee. Deux de ces édiles étaient d'origine libanaise : George Fawaz (New Hampshire) et Frank Baddour (Tennessee). A la fin de leur voyage libanaise, ces maires se sont vu offrir par la Première dame Zalfa Chamoun, un médaillon ainsi qu'un jeune cèdre que chacun planta dans son « Lebanon ». Certains de ces cèdres existent toujours.
En effectuant des recherches sur cette visite historique, j'ai découvert que plus de 40 villes aux États-Unis s'appelaient « Lebanon ». C'est ainsi que les grandes lignes de mon voyage ont pris forme. Fin septembre 2016, je me suis lancé dans un road trip, dont le point de départ est San Francisco. Lors de cette aventure, je vais conduire un van d'occasion aux quatre coins du pays, afin de visiter tous les « Lebanons » des Etats-unis. Chaque « Lebanon » fera l'objet de photographies et de textes relatant l'histoire de la ville, l'origine de son nom ainsi que mes rencontres avec les habitants, dont certains, je l'espère, seront d'origine libanaise.
Une plus grande attention sera accordée aux sept « Lebanons » dont les maires sont venus à Beyrouth en 1955, dans l'espoir d'interviewer leurs familles et de voir si des photos ou d'autres souvenirs ont été conservés de cette visite. Ce road trip s'achèvera là où il a commencé, à San Francisco, avant le retour au Liban, prévu à la mi-mars 2017.