Spécial législatives libanaises 2018

X

Liban

Législatives libanaises : Anatomie du vote à Saïda-Jezzine

Législatives 2018

Le scrutin, dans la circonscription de la confrontation par excellence, a résulté en un partage entre les grands blocs.

30/05/2018

Trois listes se sont livré une compétition acharnée dans la circonscription de Saïda-Jezzine, ou Liban-Sud I, durant les élections législatives du 6 mai : « L’intégration et la dignité », parrainée par le courant du Futur et présidée par la députée Bahia Hariri, avec des indépendants à Jezzine, qui a obtenu un siège avec 16 470 voix ; « Saïda et Jezzine ensemble », liste du Courant patriotique libre avec la Jamaa islamiya et l’ancien président du conseil municipal Abdel Rahman Bizri à Saïda, qui a décroché deux sièges pour le CPL à Jezzine avec 20 127 voix ; la liste « Pour tout le monde », appuyée par le tandem Hezbollah-Amal, avec le mouvement nassérien à Saïda, qui a eu deux sièges avec 22 083 voix. Une liste formée par les Forces libanaises et les Kataëb a été éliminée.
Cette circonscription de 120 000 électeurs a rassemblé une localité à dominante chrétienne avec une minorité chiite significative mais pas représentée, Jezzine, et la ville de Saïda, chef-lieu du Liban-Sud, à dominante sunnite. Elle compte cinq sièges : deux maronites et un grec-catholique à Jezzine, et deux sunnites à Saïda. Le coefficient électoral final était de 11 900 voix, et le taux de participation y était supérieur à la moyenne nationale, puisqu’il a atteint les 54 %, tout en étant inférieur d’au moins 10 % à celui de 2009 dans les deux localités, note un observateur à Jezzine.


(Lire aussi : Législatives libanaises : Anatomie du vote à Tripoli-Minié-Denniyé)


La bataille à Saïda-Jezzine était d’emblée celle de la confrontation entre trois forces politiques incontournables sur le terrain, et qui ne se sont pas alliées entre elles. Il y avait tout d’abord le CPL, habitué à rafler les sièges à Jezzine, et qui a perdu un des deux sièges maronites au profit d’Ibrahim Azar, appuyé par Hezbollah-Amal. Ce dernier a obtenu le score significatif de 11 663 voix. Du côté du CPL, c’est le député maronite Ziad Assouad qui a été élu avec 7 270 voix, aux dépens du député Amal Abou Zeid (5 016 voix). Le parti a néanmoins gagné le siège grec-catholique de Jezzine, avec Salim Khoury.

À Saïda, où les deux députés de ces neuf dernières années étaient des ténors du courant du Futur, les pronostics avaient montré que le passage à la loi proportionnelle ferait perdre au parti l’un de ses sièges, sachant que l’ancien Premier ministre et député Fouad Siniora ne s’est pas porté candidat. Ce siège est naturellement revenu à la députée Bahia Hariri, qui a obtenu 13 739 voix, soit la grande majorité des voix de cette liste. Mais elle doit désormais partager la scène politique de Saïda avec son adversaire Oussama Saad, président de l’Organisation populaire nassérienne, appuyé par le tandem chiite, et qui a réussi à obtenir le score de 9 880 voix.


(Lire aussi : Législatives 2018 : Anatomie du vote au Mont-Liban IV)


Perte de terrain… ou rééquilibrage des forces
Une source bien informée à Saïda fait remarquer que les résultats des élections ont ouvert une nouvelle ère dans la ville. Elle note le score élevé de Bahia Hariri, estimant qu’elle a davantage attiré le vote sunnite de la ville que ses adversaires, si l’on considère qu’Oussama Saad a bénéficié du vote chiite pourvu par le tandem Hezbollah-Amal. Ce qui n’a pas empêché une certaine déception au sein de la base populaire du Futur, rapidement dissipée. Selon des sources concordantes, la dispersion des voix sunnites dans la ville et la baisse du taux de participation a pénalisé Bahia Hariri bien plus que ses adversaires, même si ces voix perdues pour elle n’ont pas été récupérées par les autres, se transformant en abstention.

Pour ce qui est de Jezzine, un observateur note la dispersion des voix chrétiennes (environ 22 000) entre les quatre listes, sachant que les voix chiites se sont tournées exclusivement vers Ibrahim Azar, alors que du côté du CPL, il y a nécessairement eu répartition des voix entre les deux candidats maronites. Selon ses calculs, quelque 11 000 voix ont été au CPL, Azar a profité de 4 500 à 5 000 voix et les FL et Kataëb de quelque 4 500 voix également.
Cette source estime que la bataille à Jezzine était principalement un duel entre le président de la République Michel Aoun et le président de la Chambre Nabih Berry (et leurs partis respectifs), qui ont fini par se partager (plus ou moins) les parts. D’ailleurs, note cette source, cette loi a favorisé, dans cette circonscription comme partout ailleurs, les grands blocs et les partis. Quant à la baisse d’enthousiasme des électeurs, elle serait due à la nature de la loi, au manque de slogans politiques et aux alliances purement circonstancielles.


(Lire aussi : Législatives libanaises : Anatomie du vote à Rachaya-Békaa-Ouest)


Pour certains, le retour d’une figure comme Oussama Saad à Saïda, ainsi que la percée réalisée à Jezzine par Ibrahim Azar, allié de Nabih Berry mais aussi issu d’une famille politique et fils de député, a redessiné un schéma qui avait prévalu dans le passé. En d’autres termes, ce qui a été vécu comme une perte de terrain par les deux forces politiques qui dominaient le paysage ces dernières années, le CPL à Jezzine et le Futur à Saïda, a constitué, pour les autres, un rééquilibrage des forces. Quelle collaboration à l’avenir entre les adversaires d’hier et d’aujourd’hui ?


Lire aussi

Législatives 2018 : Anatomie du vote au Akkar

Lire aussi : Anatomie du vote à Kesrouan-Jbeil

Législatives libanaises : Anatomie du vote à Baabda

Législatives 2018 : Anatomie du vote à Tyr-Zahrani

Législatives 2018 : Anatomie du vote au Metn

Anatomie du vote à Beyrouth II : Hariri s'en sort à bon compte

Anatomie du vote à Beyrouth I

Anatomie du vote à Zahlé

Retour à la page d’accueil

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Législatives libanaises : Anatomie du vote à Saïda-Jezzine

30/05/2018

Législatives 2018

Le scrutin, dans la circonscription de la confrontation par excellence, a résulté en un partage entre les grands blocs.

Suzanne BAAKLINI | OLJ

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

Retour à la page d’accueil
Commenter

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.
Merci.

Voir toutes les réactions
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué