Spécial législatives libanaises 2018

X

Liban

Yehia Chamas va présenter un recours en invalidation

Décompte des voix

Plusieurs candidats battus aux élections ont annoncé leur volonté de saisir le Conseil constitutionnel.

OLJ
10/05/2018

Moins d’une semaine après la fin des élections législatives, plusieurs candidats ont annoncé avoir l’intention de présenter des recours en invalidation, afin de contester les résultats du décompte des voix, décompte qui a été entaché de nombreuses irrégularités, selon plusieurs observateurs sur le terrain. Le dernier en date est le candidat battu à Baalbeck-Hermel, Yehia Chamas, qui a dénoncé hier, vidéos à l’appui, l’ingérence du Hezbollah lors du décompte des voix dans sa circonscription.
C’est lors d’une conférence de presse incendiaire tenue hier que M. Chamas, un opposant au Hezbollah, s’en est pris au parti chiite qu’il a accusé d’avoir manipulé les résultats du scrutin. Il a fait état d’urnes qui ont disparu et diffusé des enregistrements vocaux de personnes disant avoir vu les enveloppes lui étant favorables « jetées sous les escaliers du Palais de justice » de la région.
« 6 000 voix favorables à notre liste ont été perdues », a déclaré Yehia Chamas à la presse. « Entre le pourcentage de participation au scrutin à Baalbeck-Hermel annoncé par le ministre de l’Intérieur Nouhad Machnouk, qui est de 50,4 %, et le pourcentage annoncé par le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, et qui est de 63 %, il y a 28 000 voix qui ont été ajoutées après la fin des élections et en l’absence de nos délégués », a-t-il souligné.


(Lire aussi : Les partisans de Joumana Haddad contestent les résultats des législatives)


 « Selon nos informations, la liste de la Dignité et du Développement (emmenée par M. Chamas) a obtenu 40 000 voix, ce qui fait que nous aurions dû avoir 3 sièges au Parlement », a-t-il déclaré. À noter que seuls deux candidats de sa liste, à savoir Bakr Hojeiry et Antoine Habchi, ont réussi à obtenir des sièges au Parlement.
« Les résultats des élections et le nombre de voix obtenues par Jamil Sayyed (proche du Hezbollah, élu à Baalbeck-Hermel) montrent qu’il y a eu fraude et que certaines personnes ont été imposées », a lancé M. Chamas qui a montré plusieurs vidéos mettant en scène des membres du Hezbollah en train de manipuler le contenu des urnes. Il a par ailleurs assuré vouloir présenter un recours en invalidation auprès du Conseil constitutionnel.


(Lire aussi : La mission de l’UE se félicite de la bonne tenue « pacifique » des législatives libanaises)

Les listes beyrouthines
Une délégation formée de candidats battus dans certaines listes de Beyrouth II, à savoir « L’opposition beyrouthine », « Le Liban compte », « Beyrouth la nation », « La voix des gens », « La dignité de Beyrouth » et « Les Beyrouthins indépendants », a tenu hier une conférence de presse au Club de la presse afin de dénoncer les « infractions, erreurs et fraudes » du scrutin.
« Les infractions qui ont eu lieu lors des élections sont historiques et inacceptables. Nous ne pouvons pas fermer l’œil les concernant (…). La façon dont les urnes ont été transportées était contraire aux règles les plus basiques et au secret du vote. Nous avons pu documenter plus d’un cas de transport d’urnes dans des voitures privées ou sur des motos, sans accompagnement de sécurité, ainsi que la présence d’enveloppes non fermées à la cire rouge ou non signées par les chefs des bureaux de vote », ont affirmé les candidats lors de leur conférence de presse.
Ils ont assuré qu’ils allaient présenter un recours en invalidation concernant l’ensemble des résultats à Beyrouth II. Ils ont par ailleurs appelé à « refaire les élections sous supervision internationale directe », et demandé au ministre de l’Intérieur de présenter sa démission.
L’ancien ministre Ibrahim Chamseddine, autre candidat battu à Beyrouth II, a exprimé dans un communiqué son étonnement face au fait que « certaines ambassades occidentales, dont l’ambassade des États-Unis, se sont empressées de louer la tenue des législatives et leur supposée démocratie ainsi que la “compétence” du ministère de l’Intérieur, et ce malgré les infractions et les fraudes ».
« Tout ce que les gouvernements occidentaux et américain veulent, c’est un pouvoir “légitimement élu”, prêt à empêcher les réfugiés de rejoindre leur pays d’origine », a-t-il dit, répondant par-là à ceux qui accusent les chiites indépendants d’être à la solde de l’ambassade des États-Unis.


(Lire aussi : Législatives libanaises : les violations à la pelle seront soumises au Conseil constitutionnel)


Joumana Haddad

La journaliste Joumana Haddad, battue par Antoine Pano (Courant patriotique libre) au siège des minorités à Beyrouth I, a également affirmé vouloir présenter un recours en invalidation auprès du Conseil constitutionnel. Elle a adressé hier par le biais de son avocat une demande au ministère de l’Intérieur afin d’avoir accès aux détails du décompte des bulletins de vote à Beyrouth I, y compris les votes de la diaspora et des fonctionnaires. Donnée pour gagnante par l’ensemble des machines électorales dimanche soir, Mme Haddad a appris sa défaite lors de la parution des résultats officiels lundi.


Lire aussi
Infractions et dérapages, lors des législatives libanaises, en images et vidéos

Les lenteurs du vote ont-elles fait ombrage à la liberté des législatives ?


Et tous les articles concernant le résultat des législatives sont dans notre espace dédié  
Retour à la page d’accueil

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Irene Said

Ben oui...le Liban est un pays

"d é m o c r a t i q u e"

fief de tous les fauteurs de troubles patentés et protégés par leurs chefs de toutes les couleurs nationales et internationales.
On en vient à se demander pourquoi on est allés voter dans ce pays idyllique où tout fonctionnait si bien:
la corruption
l'indiscipline
la main mise progressive iranienne
les mensonges officiels
l'insécurité due aux va-t-en guerre payés par des puissances étrangères très dévouées au Liban

mais où les observateurs européens ont certifié que ces élections se sont déroulées en bonne forme, promis...juré !
Irène Saïd

Yehia Chamas va présenter un recours en invalidation

10/05/2018

Yehia Chamas.

Décompte des voix

Plusieurs candidats battus aux élections ont annoncé leur volonté de saisir le Conseil constitutionnel.

OLJ

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

Retour à la page d’accueil
Commenter

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.
Merci.

Voir toutes les réactions
Irene Said

Ben oui...le Liban est un pays

"d é m o c r a t i q u e"

fief de tous les fauteurs de troubles patentés et protégés par leurs chefs de toutes les couleurs nationales et internationales.
On en vient à se demander pourquoi on est allés voter dans ce pays idyllique où tout fonctionnait si bien:
la corruption
l'indiscipline
la main mise progressive iranienne
les mensonges officiels
l'insécurité due aux va-t-en guerre payés par des puissances étrangères très dévouées au Liban

mais où les observateurs européens ont certifié que ces élections se sont déroulées en bonne forme, promis...juré !
Irène Saïd

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué