Spécial législatives libanaises 2018

X

Liban

Moawad : Je veux concilier mes positions souverainistes et mon soutien au mandat

Zghorta
10/05/2018

Le député élu Michel Moawad a affirmé hier qu’il était prêt à faire partie d’un bloc soutenant le pouvoir du président Michel Aoun, mais sur base de ses propres constantes, et qu’il en débattrait bientôt avec le chef du bloc « Le Liban fort », Gebran Bassil. M. Moawad a tenu des propos en ce sens lors d’une conférence de presse qui était censée se tenir à la résidence du président assassiné René Moawad, à Zghorta, mais qui a finalement eu lieu au centre de la Fondation René Moawad, à cause des intempéries.

M. Moawad a été élu dimanche, pour le pourvoi à l’un des trois sièges au caza de Zghorta, sur la liste qu’il a formée avec le Courant patriotique libre, dirigé par M. Bassil, mais il n’a pas participé mardi à la première réunion du bloc. Interrogé à ce sujet par L’Orient-Le Jour, le député de Zghorta a assuré qu’il s’est absenté de la réunion précisément parce qu’il n’avait pas encore eu le temps de discuter de ce sujet avec le chef du bloc. « Je tiendrai une réunion bientôt avec M. Bassil et des responsables du CPL pour discuter de ce sujet, a souligné M. Moawad. En principe, je ne vois aucun problème à rejoindre un bloc qui soutient le pouvoir, sur la base des fondements posés. Nous discuterons des mécanismes de cette parité en vue de concilier entre mon soutien au pouvoir d’une part et mes positions souverainistes d’autre part », a-t-il répondu.

En ce qui concerne l’intention du président Aoun d’organiser un dialogue national en vue de poursuivre la mise en œuvre de l’accord de Taëf et d’élaborer une stratégie défensive, M. Moawad a exprimé son soutien au projet du président, estimant que « la communauté internationale offre au Liban, encore une fois, une nouvelle opportunité ». « Notre bataille pour les prochaines années : stratégie de défense et stratégie de réforme », a-t-il ajouté.
Il a appelé « toutes les forces politiques à hâter la formation d’un nouveau gouvernement après la désignation d’un Premier ministre car nous sommes sur un volcan, et notre situation ne supporte aucun retard dans la formation d’un gouvernement afin de protéger notre pays », a-t-il ajouté.


(Lire aussi : Au Akkar, le courant du Futur a dû mobiliser à fond sa base pour maintenir ses quatre sièges)

Au lendemain des élections
M. Moawad s’est par ailleurs déclaré « désolé de voir le bas taux de participation à Zghorta et au Liban ». « Je considère que l’abstention est un moyen de protester, et votre message a été entendu », a-t-il affirmé. Commentant les résultats des élections, il a tenu à préciser que les 8 571 voix qu’il a remportées sont celles du public du Mouvement de l’Indépendance, faisant ainsi allusion à la décision du courant du Futur de soutenir le candidat du CPL à Zghorta.
En réponse à la question de L’OLJ sur les résultats remportés par les candidats des partis à Zghorta, à savoir M. Pierre Raffoul du CPL et M. Marius Beainy des FL, M. Moawad a affirmé qu’« il ne considère pas la bataille électorale à Zghorta comme étant une bataille entre les familles politiques et les partis, mais entre différentes lignes politiques, que ce soit au niveau local ou régional ». Et de poursuivre : « Mon approche de l’action politique a toujours été favorable au pluralisme à Zghorta. J’ai infiniment confiance dans le projet que je présente pour ce caza de Zghorta qui ne saurait être fondé sur la peur de l’autre. »

Quels sont les projets de loi qu’il prônera dès son entrée au Parlement ?
« Tout projet de loi qui contribue à développer le secteur privé et libérer l’État de la gestion des dossiers économiques, sur le plan de l’électricité, des déchets, des télécoms… Je prépare plusieurs projets de loi dans ce cadre », a-t-il répondu. « Sur le plan social, j’œuvrerai pour un État civil, pour la citoyenneté, et les droits de la femme entre autres », a conclu M. Moawad.


Lire aussi

Résultats des législatives libanaises : le temps des bémols...

Kesrouan-Jbeil : Où placer Moustapha Husseini sur l’échiquier politique ?

Nouveau président de la Chambre, nouveau gouvernement : le calendrier après les législatives libanaises




Et tous les articles concernant le résultat des législatives sont dans notre espace dédié
Retour à la page d’accueil

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

Mr Mou3awad si vous pensez concilier souverainete en meme temps avec une alliance du bloc liban fort c'est ue vous mettrez un terme a votre epope politique

Pierre Hadjigeorgiou

Il veut "concilier entre son soutien au pouvoir d’une part et ses positions souverainistes d’autre part". Une telle déclaration me laisse perplexe car il laisse entendre que le régime actuel, donc le Président et donc le CPL, ne sont pas souverainistes! Donc cela confirme que le CPL est devenu un sous fifre au Hezbollah. S'il croit pouvoir s'allier avec Gebran Bassil il se fourre le doigt dans l'oeil sauf s'il est, lui aussi, partisan des contrats de dessous de tables et de magouilles à commissions. Je lui souhaite bonne chance car ce mandat qui lui a été donné sera soit le dernier soit celui qui lui permettra de se lancer dans un avenir prometteur... A suivre.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PAS LES DEUX... VOUS AVEX A CHOISIR... ET A CHOISIR VOS POSITIONS SOUVERAINISTES ET RIEN D,AUTRE !

Tabet Ibrahim

Si M. Moawad est conséquent avec lui-même il devrait demander que la stratégie de défense soit du ressort exclusif de l’armée libanaise et la dissolution de la milice du Hezbollah

Yves Prevost

Le pouvoir étant allié du Hezbollah,"concilier entre mon soutien au pouvoir d’une part et mes positions souverainistes d’autre part". Voilà qui va l'obliger à un sacré numéro d'équilibriste!
Comment pourra-t-il, notamment travailler à "poursuivre la mise en œuvre de l’accord de Taëf (lequel ordonne la dissolution de TOUTES les milices)" et en même temps manifester "son soutien au projet du président", lequel est de donner une couverture légale à la milice du Hezbollah?

Moawad : Je veux concilier mes positions souverainistes et mon soutien au mandat

10/05/2018

Michel Moawad a été élu député dimanche à Zghorta. Photo Chadi Souaid

Zghorta

Ornella ANTAR | OLJ

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

Retour à la page d’accueil
Commenter

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.
Merci.

Voir toutes les réactions
Bery tus

Mr Mou3awad si vous pensez concilier souverainete en meme temps avec une alliance du bloc liban fort c'est ue vous mettrez un terme a votre epope politique

Pierre Hadjigeorgiou

Il veut "concilier entre son soutien au pouvoir d’une part et ses positions souverainistes d’autre part". Une telle déclaration me laisse perplexe car il laisse entendre que le régime actuel, donc le Président et donc le CPL, ne sont pas souverainistes! Donc cela confirme que le CPL est devenu un sous fifre au Hezbollah. S'il croit pouvoir s'allier avec Gebran Bassil il se fourre le doigt dans l'oeil sauf s'il est, lui aussi, partisan des contrats de dessous de tables et de magouilles à commissions. Je lui souhaite bonne chance car ce mandat qui lui a été donné sera soit le dernier soit celui qui lui permettra de se lancer dans un avenir prometteur... A suivre.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PAS LES DEUX... VOUS AVEX A CHOISIR... ET A CHOISIR VOS POSITIONS SOUVERAINISTES ET RIEN D,AUTRE !

Tabet Ibrahim

Si M. Moawad est conséquent avec lui-même il devrait demander que la stratégie de défense soit du ressort exclusif de l’armée libanaise et la dissolution de la milice du Hezbollah

Yves Prevost

Le pouvoir étant allié du Hezbollah,"concilier entre mon soutien au pouvoir d’une part et mes positions souverainistes d’autre part". Voilà qui va l'obliger à un sacré numéro d'équilibriste!
Comment pourra-t-il, notamment travailler à "poursuivre la mise en œuvre de l’accord de Taëf (lequel ordonne la dissolution de TOUTES les milices)" et en même temps manifester "son soutien au projet du président", lequel est de donner une couverture légale à la milice du Hezbollah?

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué